Subscribe

Carla Bruni-Sarkozy a accueilli à Roissy les 33 enfants haïtiens adoptés

Trente-trois enfants haïtiens adoptés par des familles françaises sont arrivés vendredi soir à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, où ils devaient être remis à leurs familles adoptives en présence de Carla Bruni.

Agés de 1 à 6 ans, les enfants, qui avaient quitté Port-au-Prince dans la nuit de jeudi à vendredi, ont atterri à Roissy peu avant 20H00, après une escale d’environ cinq heures en Martinique. Ils devaient être pris en charge notamment par des personnels de la protection civile.

Les familles adoptives étaient déjà à l’aéroport vers 19H00, dans une zone réservée à l’abri des caméras et des journalistes. L’épouse du président de la République Carla Bruni était arrivée à l’aéroport vers 19H30, selon une source aéroportuaire.

Les enfants seront remis aux familles adoptives après nouvelle vérification de leurs papiers, selon un porte-parole du Quai d’Orsay. Un accueil est prévu avec le Samu et la Croix Rouge “pour gérer le choc affectif et psychologique lors de la rencontre”, a-t-il dit. Des jouets ont été apportés par la Croix Rouge pour faire patienter les enfants.

Excepté un petit garçon souffrant de diarrhées, ces enfants sont tous en bonne santé et disposent d’un passeport haïtien, avec le patronyme des parents adoptifs. Ils ont généralement plusieurs prénoms, le dernier étant constitué par le nom de famille haïtien.

La ministre de l’Outre-mer, Marie-Luce Penchard, a confirmé qu'”il y aura un autre avion dans les prochaines heures” pour des enfants dont le dossier d’adoption est “finalisé”, sans en préciser le nombre.

Des enfants rapatriés dans l’urgence

Elle a rappelé que le gouvernement avait décidé de rapatrier en France les enfants dont les dossiers d’adoption étaient “aboutis” et avaient “fait l’objet d’une instruction jusqu’au bout”. “Il faut être prudent, même si le ministère des Affaires étrangères va assouplir, accélérer la procédure parce qu’il faut protéger ces enfants”, a-t-elle aussi déclaré.

Le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, avait dit mercredi que 904 dossiers d’enfants haïtiens étaient enregistrés par le service français de l’adoption, dont 276 au stade du jugement par les autorités haïtiennes. Ceux-ci devaient être rapatriés en France “immédiatement”, avait-il précisé, “et les autres, nous nous en occuperons un par un avec toute l’attention nécessaire”.

Le collectif SOS-Haïti-enfants adoptés a estimé vendredi que la France devait “aller vraiment plus vite” dans le rapatriement, à l’instar d’autres pays, en raison de “l’urgence sanitaire”.

Plusieurs gouvernements ont annoncé des mesures pour accélérer les procédures d’adoption afin de permettre aux orphelins concernés d’être mis hors de danger. Ces annonces ont créé un début de polémique.

Des ONG comme Save the Children ou World Vision craignent que, dans la précipitation, l’accélération des procédures ne brise des familles et déraciner des enfants qui risquent de grandir dans l’isolement et la dépression.

Parallèlement, le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) a annoncé vendredi qu’une quinzaine d’enfants avaient disparu d’hôpitaux après le séisme. Il prévient que les réseaux de traite d’enfants liés au “marché de l’adoption” sont souvent actifs après des catastrophes.

Jacques Boyer, délégué adjoint de l’Unicef en Haïti, a évoqué sur la radio RTL “un cas assez important” intervenu jeudi à l’aéroport de Port-au-Prince, où “une ONG américaine s’apprêtait à faire quitter le territoire à des enfants en très bas âge, entre zéro et un an”.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related