Subscribe

Carlo Ancelotti nouvel entraîneur du PSG

Huit saisons très réussies à l’AC Milan, deux saisons, brillante puis mitigée à Chelsea : voilà l’entraîneur italien Carlo Ancelotti qui débarque à Paris à la poursuite de sa grandeur lombarde passée.

Avec “Carletto”, comme il était affectueusement surnommé par les Milanais, le grand club italien avait enrichi son palmarès avec, entre autres, deux succès en Ligue des champions (2003, 2007), un championnat du monde des clubs (2007), un championnat (2004) et une Coupe d’Italie (2003). Puis en mai 2009, critiqué en privé par le chef du gouvernement d’alors et propriétaire du club Silvio Berlusconi, sentant la fin de cycle et la montée en puissance du grand rival de la ville, l’Inter, arriver, Ancelotti avait préféré ne pas insister.

L’ex-milieu international s’en était allé laissant le banc de l’AC Milan à un inexpérimenté Brésilien, Leonardo, qui était jusqu’alors directeur technique des “Rossoneri”, et aujourd’hui devenu le tout puissant directeur sportif du Paris SG. Comme on se retrouve !

Le passage d’Ancelotti à Chelsea a connu deux épisodes bien distincts. Une première année sous les lauriers. L’autre sous les critiques. Et la fin fut plus cruelle qu’à Milan. Le 22 mai 2011, Ancelotti était limogé quelques heures après la fin du Championnat d’Angleterre, payant ainsi le prix de la saison blanche du club londonien. “Les performances (de l’équipe) cette saison sont en-dessous des attentes et le club ressent qu’il est temps de faire ce changement pour préparer la saison prochaine”, avait tranché la direction du club dans un communiqué.

A son arrivée en 2009, couvert de gloire avec les “Rossoneri”, l’Italien avait immédiatement connu le succès aussi à Londres en décrochant le doublé Championnat/Coupe d’Angleterre.

Complicité avec les joueurs

Mais il avait échoué à conduire les “Blues” à la victoire en Ligue des champions, le grand objectif du patron Roman Abramovich. Lors de sa dernière saison sur le banc londonien, Chelsea avait été éliminé en quart de finale de la C1 par Manchester United. Ancelotti avait tout de même bénéficié d’un soutien inhabituellement durable de la part du milliardaire russe, qui n’avait pas hésité précédemment à se séparer sans ménagement d’entraîneurs aussi réputés que José Mourinho ou Luiz Felipe Scolari. L’Italien avait ainsi traversé indemne, au grand étonnement des commentateurs, la terrible crise sportive de l’automne 2010 qui allait finir par coûter le titre au club, malgré une belle remontée en fin de saison.

Abramovich avait frappé un grand coup sur le marché des transferts en achetant Fernando Torres à Liverpool pour 58 millions d’euros, mais le renfort a posé plus de problèmes à Ancelotti qu’il ne lui avait offert de solutions. L’Italien a d’ailleurs un rapport généralement bon avec les joueurs, avec lesquels il reste en contacts, comme l’attaquant milanais Pato. “Il fait partie de cette catégorie de joueurs avec lesquels j’ai de bonnes relations, mais si je devais faire venir tous ces joueurs, il faudrait agrandir le centre d’entraînement !”, a ironisé l’entraîneur vendredi.

Avec Ancelotti aux commandes, le Paris sous règne qatari vise clairement un objectif nommé Ligue des champions. Il faut s’y qualifier immédiatement et bien y figurer à terme. “L’objectif est de grandir, que le club soit compétitif en France et surtout en Europe”, a d’ailleurs admis le technicien.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related