Subscribe

Carlos Sastre,

C’est un vainqueur discret qui est monté sur le podium du 95e Tour de France. L’Espagnol Carlos Sastre, en jaune depuis la 17e étape, qui avait assuré sa victoire finale samedi dans le contre-la-montre, a pu compter sur une équipe solide, CSC, pour l’épauler. Contrairement à l’année dernière, on trouve des Français dans les vingt premiers du classement général. Mais comme l’année dernière, les affaires de dopage ont jeté le discrédit sur les exploits des cyclistes.

En applaudissant dimanche la victoire de Carlos Sastre, 33 ans, c’est sans doute à un autre Espagnol que beaucoup pensaient. Un jeune coureur de 25 ans, qui a inscrit la Grande Boucle à son palmarès en 2007 mais qui n’a pu s’aligner cette année parce que sa formation Astana n’avait pas été retenue par les organisateurs du Tour de France… Trop de rumeurs autour du dopage.

Alberto Contador n’a donc pas pu défendre son « titre » dans une course qui a démarré sans réel favori et qui a réussi, après la deuxième semaine, à maintenir le suspense tant les écarts entre les premiers étaient serrés. Carlos Sastre, qui a longtemps laissé la vedette à son coéquipier Frank Schleck, a finalement fait parler de lui dans l’étape mythique de l’Alpe-d’Huez, et a maintenu le cap jusqu’au contre-la-montre de samedi où ses poursuivants n’ont pas pu refaire leur retard au classement général.

C’est la troisième fois d’affilée qu’un Espagnol remporte le Tour de France. En 2006 Oscar Pereiro avait récupéré le maillot jaune du vainqueur déchu, l’Américain Llyod Landis contrôlé positif à l’EPO et en 2007 Contador avait profité de l’exclusion par son équipe du leader Michael Rasmussen, soupçonné d’avoir voulu échapper à des contrôles pendant sa préparation.

L’ambiance est beaucoup plus sereine autour du vainqueur 2008 même si les affaires ont poursuivi jusqu’au bout les organisateurs du Tour de France. L’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) a révélé dimanche que Dmitri Fofonov, 19e au classement général, avait été contrôlé positif au l’heptaminol, un stimulant. Un coup dur pour sa formation, Crédit Agricole, à la recherche d’un nouveau sponsor. Avant lui, Manuel Beltran, Moises Duenas et Riccardo Ricco ont été exclus de la course et risquent maintenant des peines de prison.

Le Tour « propre » a donc eté rebaptisé prudemment le Tour de transition. C’est en tout cas un Tour où les Français, contrairement à 2007, sont présents parmi les vingt premiers du classement général avec Sandy Casar (Française des Jeux) et Amael Moinard (Cofidis). On a d’ailleurs vu les coéquipiers de ce derniers souvent « mettre le feu à la course », comme l’avait promis leur manager Eric Boyer. Au final, deux victoires d’étapes pour la formation française grâce à Samuel Dumoulin et à Sylvain Chavanel qui, à force d’attaquer, a fini par remporter sa première étape en huit Tours de France. Le champion de France du contre-la-montre, qui a reçu le prix de la combativité, mettra désormais son tempérament de compétiteur au service de Quick Step où il retrouvera le Belge Gert Steegmans qui l’a emporté dimanche, au sprint, sur les Champs Élysées.

Classement général

1-Carlos Sastre (Esp, CSC)
2-C.Evans (Aust, Silence-Lotto) à 58
3-B. Kohl ( Gerolsteiner) à 1’13

14-S. Casar (Française des Jeux) à 19’23 – premier Français
15-A. Moinard (Cofidis) à 23’31 – deuxième Français

 

Et aussi…

Thomas Voeckler, un baroudeur dans la course

Nuages noirs sur le "Tour propre"

"Le Tour va devenir passionnant", commentaires de course d’Hervé Duclos-Lassale

La souffrance d’Hervé Duclos-Lassale

"Se doper, ce n’est plus tendance", entretien avec Éric Boyer

Le dopage : l’épée de Damoclès

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related