Subscribe

Caterina Murino : “L’idée d’ennuyer le public me rend dingue”

L’actrice italienne est, avec Alexandre Arcady, l ‘invitée d’honneur du festival de cinéma In French with English Subtitles. Elle a présenté son film Comme les cinq doigts de la main ce vendredi 19 novembre au Fiaf. Propulsée sur le devant de la scène grâce à son rôle de James Bond girl dans Casino Royal, elle poursuit depuis une carrière internationale prolifique.

Dans Comme les cinq doigts de la main, vous jouez le rôle de Linda, la femme de l’aîné de cinq frères. Comment décririez-vous votre personnage?

C’est un rôle assez difficile. Je me mets dans la peau de cette femme qui n’est pas juive et qui, en se mariant, doit accepter cette religion. Françoise Fabian, qui joue le merveilleux rôle de la mère des cinq frères dit une chose magnifique à ce propos: “vous avez accepté d’épouser non seulement mon fils, mais aussi notre famille, et toutes les contraintes que les femmes connaissent dans la religion juive”. Mon personnage est un peu le coeur de la famille avec la mère.

Quel était le plus gros défi selon vous?

Je pense que  la difficulté majeure était de comprendre comment se passent les relations familiales juives. Je suis chrétienne, donc c’était pour moi très intéressant culturellement. Le réalisateur Alexandre Arcady nous a plongés dans ce monde de fêtes, de chabbats, de rituels dans les synagogues.. C’était un univers magnifique. Je suis née en Sardaigne,  les sardes étant connus pour leur dur carractère, c’était pour moi un défi d’accepter d’être soumise à un homme. Mais c’était amusant à la fois. C’est ça aussi la beauté de notre métier, c’est d’arriver à comprendre des personnages qui ne nous ressemblent pas et qu’on ne peut pas vivre.

Pourquoi avez vous accepté de jouer dans ce film?

J’avais déjà eu l’occasion de tourner avec Alexandre Arcady donc c’était vraiment un honneur de pouvoir retravailler avec lui. En lisant le scénario, c’est cette histoire de famille très unie qui m’a énormément touchée. J’ai moi même une famille nombreuse donc je me sens en général concernée par ce genre d’histoire. J’ai accepté le rôle sans réfléchir très longtemps.

Vous avez joué dans des registres très différents, comédies, drames… Vous aimez vous métamorphoser?

J’ai toujours pensé que pour être actrice il fallait toujours se différencier. Je suis quelqu’un qui s’ennui assez vite, donc l’idée d’ennuyer le public me rend dingue. Je crois qu’une actrice doit évoluer, changer, pour elle même et pour les spectateurs. Je n’ai pas envie qu’on me reconnaisse dans la rue et ne suis pas du genre à garder les mêmes coiffeurs ou maquilleurs, je change de look constamment et ça se reflète dans mes films.

Vous avez été en 2006 la james bond girl dans Casino Royal… Qu’est-ce que ça a changé dans votre carrière ?

Ce film a été une propulsion internationale et m’a beaucoup aidé dans ma carrière . Cela m’a par exemple permis d’obtenir des rôles en Angleterre et aux Etats-Unis. C’était une expérience humaine extraordinaire et je ne serai jamais assez reconnaissante du réalisateur de m’avoir choisie pour ce rôle.

Vous êtes italienne et parlez le français, l’anglais et l’espagnol couramment. Dans quelle langue vous sentez-vous la plus à l’aise pour jouer?

Assez bizarrement, j’ai du mal à jouer en italien. Mon premier film était espagnol, mon deuxième était pour la télé allemande et puis j’ai enchainé avec des séries italiennes et des films français, donc j’ai quand même un gros décalage. Cela fait six ans que j’habite en France donc c’est difficile pour moi de revenir dans ma langue maternelle. Je dois fournir un énorme effort à chaque fois car je perds l’accent et l’articulation italienne.

On vous désigne souvent comme l’héritière de Monica Bellucci. Est-ce que vous pensez avoir une responsabilité particulière?

On a une responsabilité à chaque fois que l’on accepte un projet. Pas la responsabilité de l’image que l’on donne de notre pays mais celle de la sincérité qu’on prête à nos personnages. Je ne suis pas la seule à percer, j’ai mes collègues qui arrivent (rires)… Il y a de plus en plus d’actrices italiennes qui travaillent à l’étranger et qui deviennent connues. Je suis honorée de la comparaison avec Monica, malheureusement je n’ai pas sa beauté, elle a marqué une époque. Je me souhaite une carrière comme elle mais ça me paraît difficile.

Quels sont vos projets?

Après le festival de cinéma à New York, il y a la série franco-américaine XIII dans laquelle je joue aux côtés de Virginie Ledoyen et qui passera sur Canal + début 2011. Je viens également de terminer la tournée de la série The aurelio zen mysteries de Michael Dibden qui sortira en janvier en Angleterre et au printemps aux Etats-Unis. Et Je pars prochainement pour quatre mois de tournée en italie, pour la pièce Dona Flore e i suio due mariti qui aura lieu du 1er décembre au 31 mars. Ca promet d’être un sacré défi !

 

Infos pratiques:

Plus d’infos sur le festival In French with English subtitlescliquez ici

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related