Subscribe

Catherine Deneuve recevra le Chaplin Award à New York

Icône vivante du cinéma français, Catherine Deneuve s’apprête à recevoir le Chaplin Award le 2 avril, à New York. Un prix délivré par la Film Society of Lincoln Center, qui vise à récompenser l’ensemble de sa carrière.

Sa beauté un peu froide et sa cigarette en ont fait l’emblème de la femme française, élégante et libérée. Catherine Deneuve, 68 ans, enchaîne les tournages et accumule les prix. Le 2 avril, c’est l’ensemble de sa carrière que la Film Lincoln Society récompensera, au cours de son gala annuel au Alice Tully Hall. Le trophée, le 39e Chaplin Award, emprunte son nom à l’acteur Charlie Chaplin qui en fût le premier récipiendaire en 1972.

Après l’actrice Claudette Colbert en 1984 et Yves Montand en 1988, Catherine Deneuve est la troisième personnalité française à figurer dans le palmarès de la Film Society of Lincoln Center. L’actrice succèdera cette année à Sydney Poitier, lauréat du prix en 2011. Pour l’occasion, plusieurs extraits des films les plus marquants de sa filmographie seront projetés. Les Parapluies de Cherbourg, Peau d’âne, Belle de jour, Le Dernier métro ou encore Ma Saison préférée.

De Roman Polanski à Terence Young

Un honneur de taille pour l’actrice qui débuta à l’écran sous les traits de Geneviève Emery, dans la comédie musicale à succès Les parapluies de Cherbourg de Jacques Demy (1964). Palme d’Or à Cannes, le film lance sa carrière  de manière inopinée. Très vite, Catherine Deneuve se débarrasse de son image un peu lisse de jeune fille en fleurs pour mieux réapparaître en névrotique, sous la direction de Roman Polanski dans le terrifiant Répulsion (1965), avant de se livrer l’année d’après aux jeux sado masochistes dans l’adaptation à l’écran de Belle de jour (1966), par Luis Bunuel.

Mais sa carrière prend réellement un tour international avec son rôle dans Mayerling (1968) de l’Américain Terence Young. Son idylle avec Marcello Mastroianni, sa rencontre avec François Truffaut et ses prestigieux compagnons de tournages : de Jean-Paul Belmondo dans La Sirène du Mississipi (1969) à Gérard Depardieu dans Le dernier métro (1980), parachèvent le mythe d’une étoile que plus rien n’arrête.

Sa collaboration avec les poids lourds du cinéma français contemporain : André Téchiné, Arnaud Desplechin ou François Ozon, et ses choix de tournage audacieux, comme son rôle de cruelle déchirante dans le film de Lars Van Trier, Dancer in the dark, (2000), déroulent le fil d’une carrière qui ne cesse de se réinventer, entre classiques et modernité.

2011, année prolifique

Après le succès commercial de Potiche de François Ozon qui lui vaudra une nomination aux Césars, le film musical de Christophe Honoré, Les Bien-Aimés, ou le film de Thierry Klifa, Dans Les Yeux de sa mère, où elle interprète le rôle d’une journaliste vedette, issue d’un croisement imaginaire entre Claire Chazal et Christine Ockrent, 2011 a été une année très productive pour Catherine Deneuve. L’artiste se permet même une participation clin d’œil dans Astérix et Obélix de Laurent Tirad, attendu en 2012, où elle interprètera la reine d’Angleterre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related