Subscribe

Cérémonie du souvenir pour Serge Bellanger vendredi 15 janvier

Article remis à jour le 12 janvier 2010

Des proches rendent hommage à Serge Bellanger, décédé la veille de Noël. Cette figure incontournable de la communauté française a travaillé inlassablement au développement des échanges entre la France et les États-Unis, notamment en sa qualité de président de la Chambre de Commerce franco-américaine. Il nourrissait également une passion profonde pour la musique, qui se traduisit par son engagement pour la fondation Pro Musicis. Une cérémonie du souvenir se déroulera à l’University Club de New York le vendredi 15 janvier.

« Un pilier de la communauté. » Cette expression utilisée immanquablement par ceux qui ont connu Serge Bellanger, décédé à la suite d’une infection pulmonaire à l’âge de 76 ans dans la nuit du 24 décembre, le résumait parfaitement. Né à Vimoutiers dans l’Orne en 1933, diplômé de l’École de commerce de Paris, Serge Bellanger a rejoint le CIC à New York en 1974 et en était toujours directeur général au moment de sa disparition. Un exemple de fidélité assez étonnante dans le monde de la banque, mais à mettre en parallèle avec le quart de siècle où il fut président de la Chambre de commerce franco-a

méricaine
(FACC) aux États-Unis ainsi que de la section de New York. Stephen L. Dreyfuss, le vice-président de la FACC, assurera l’intérim en attendant de nouvelles élections qui ne devraient pas se tenir avant plusieurs mois selon Martin Bischoff, directeur de la FACC.

Conseiller du commerce extérieur de la France et président d’honneur de l’Union des chambres de commerce et d’industrie à l’étranger, Serge Bellanger faisait autorité dans le monde de la finance internationale. « Serge Bellanger avait su mettre au service du développement des relations bilatérales franco-américaines, qu’elles soient politiques, économiques ou culturelles, une connaissance profonde de la vie financière new-yorkaise », a souligné la ministre de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi, Christine Lagarde, dans un communiqué publié le 29 décembre.

Mais au-delà de ce rôle qu’il tenait à merveille, il était également impliqué dans de nombreuses organisations philantropiques, en particulier Pro Musicis dont le but est de récompenser et soutenir de jeunes artistes classiques d

e talent. Serge Bellanger, qui fut

élévé dans une famille de musiciens – en France son père jouait dans la section cuivres et sa mère dans la section cordes de l’orchestre local – était lui-même pianiste de jazz. « Serge Bellanger a toujours dit qu’il était né dans une environnement où la musique était une priorité », se souvient John E. Haag, directeur de Pro Musicis à New York. « Il était devenu membre du conseil d’adminstration de Pro Musicis en 2000, jusqu’à son décès prématuré, précise John E. Haag. Il nous avait découverts lors d’un concert donné par nos artistes au Consulat de France à New York. » Lorsqu’en 2000 il fut récompensé par Pro Musicis pour « services rendus au public », Serge Bellanger réaffirma dans son discours  sa « croyance en l’importance de la musique » et sa fierté d’appartenir à cette fondation, créée en 1965 par le Père Eugène Merlet dont il était devenu un ami proche.

Des artistes soutenus par Pro Musicis se produiront lors d’une cérémonie du souvenir privée qui aura lieu à à 8h45 à l’University Club  de Manhattan et à laquelle devrait assister l’ambassadeur de France aux Etats-Unis Pierre Vimont . « Serge Bellanger aimait beaucoup Brahms, confie John E. Haag. Mme Bellanger, son épouse, nous a donc demandé de jouer une oeuvre de ce compositeur. » Une autre cérémonie du souvenir aura lieu à Paris.

Serge Bellanger était commandeur de la Légion d’honneur et de l’ordre national du Mérite. Il laisse derrière lui son épouse Danielle ainsi que sa sœur Nelly qui demeure en France avec sa famille.

Infos pratiques

Contact pour participer à la cérémonie :  (212) 714 4447.

University Club, 1, West, 54th St., New York, NY.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related