Subscribe

« C’est l’artiste qui m’a amené à l’art »

Les sculptures et peintures de l’artiste français Alben seront exposées du 15 au 29 octobre à la Gallery Nine5 à New York. Des œuvres prêtes à nous transporter dans un univers d’originalité visuelle et de couleurs.

Alben est un artiste hors du commun. Cet autodidacte sans formation artistique peut commencer jusqu’à cinquante toiles en même temps. Il en achève certaines en une semaine, d’autres en un an, voire plus. Il ne fait jamais de croquis ni ne prévoit à l’avance le devenir d’une œuvre. « Je travaille au feeling et rien n’est programmé. La passion de faire le tableau me guide. Elle est plus forte que tout », dit-il. Il en découle toujours un enchevêtrement d’objets dans ses sculptures, une saturation d’images et de symboles sur ses toiles,  icônes pop, stars hollywoodiennes, éléments kitsch et vintage, personnages de cartoons et de comics, une juxtaposition de souvenirs remontant à son enfance dans les années 1970.

« Ce n’est pas un mauvais exemple de parler de Dumbledore extirpant de sa tête, avec sa baguette magique, ses trop nombreux souvenirs pour les mettre dans la pensine (voir Harry Potter), quoique je travaille autant avec mes souvenirs qu’avec le quotidien. » Le quotidien sous-entend l’information visuelle, l’actualité en images. Certes, il y a les évènements sociaux et politiques, mais il y a aussi les revues de cinéma, de musique et les livres préhistoriques. La bibliothèque de l’artiste est un haut lieu d’idées et de découvertes où il puise de l’inspiration et de l’énergie créative. « Alors oui, il y a des affrontements dans mes tableaux, mais je ne suis ni violent ni captivé par les images de guerre. Par contre, je suis fasciné par le personnage de John Fitzgerald Kennedy, c’est pourquoi par exemple j’utilise dans le diptyque Amtrak l’image télévisée du moment précédent son assassinat, dans la voiture. Mais plus que ces faits politiques, ce sont surtout les courants d’art du XXe siècle que je trouve inouïs. Le nouveau réalisme en France, le pop art aux États-Unis, la sérigraphie d’Andy Warhol… C’est l’artiste qui m’a amené à l’art », explique Alben.  Mais, évidemment, bien d’autres choses encore déterminent le travail de l’artiste…

Avant de commencer sa carrière d’artiste en 2004, Alben a travaillé dans l’aéronautique et a notamment manipulé les matériaux plastiques et composites (comme la fibre carbone) pour fabriquer des pièces pour la fusée Ariane ou les satellites. Aujourd’hui, lorsqu’il décrit la fabrication pointilleuse d’une œuvre d’art – de la découpe au scalpel pour créer des pochoirs, en passant par la création de tampons encreurs ou de moules, jusqu’au montage final – il fait valoir les enseignements qu’il a tirés de son ancien métier. Force est de constater que ces deux vies s’alimentent et fonctionnent ensemble, que ce soit dans ses sculptures remplies de jouets et objets liés par l’introduction de résine ou lorsqu’il met en scène un avion supersonique, un astronaute, un super-héros ou un robot.

C’est un peu gêné que ce  passionné dévoile l’un de ses rêves les plus fous : exposer un jour à la galerie Tony Shafrazi, à New York. Mais pour l’heure, il est ravi de ce qu’il fait et de ce qui l’attend, comme un enfant timide au pied d’un immense sapin de Noël.

www.albenfactory.com

 

La Gallery Nine5 est spécialisée dans la création contemporaine. Elle met à l’honneur de jeunes créateurs en devenir et travaille aussi avec des artistes de renommée internationale, en organisant des shows solo et collectifs. Sébastien Le Pelletier, fondateur et directeur de la galerie, est parisien d’origine. Il a travaillé sur trois continents et développé son expertise depuis plus de 13 ans.

Gallery Nine5, 24 Spring Street, New York – 212 965 9995 – http://www.gallerynine5.com/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related