Subscribe

Charles Aznavour : « New York et moi on s’est beaucoup aimés »

Charles Aznavour,  à 84 ans, continue d’arpenter le monde et refuse de parler de retraite. Après la sortie d’un double coffret de duos internationaux début décembre, et l’annonce de sa nomination au poste d’ambassadeur d’Arménie en Suisse en février, il entame le 19 avril prochain une nouvelle tournée nord-américaine qui comprend New York et le Canada.

France-Amérique : Vous venez souvent aux États-Unis et y avez, je crois, déjà vécu. Racontez-nous votre histoire américaine.

C.A. : Pierre Roche (ndlr,  auteur-compositeur-interprète décédé en 2001) et moi sommes venus une première fois à New York en 1946. On chantait à Greenwich Village. On est resté assez peu de temps, car on est très vite parti au Canada, où l’on est resté 2 ans et demi. Quand  je suis revenu plus tard aux États-Unis, j’ai vécu deux ans à New York, et puis, une autre fois encore en Californie et dans le Connecticut. Je voulais que mes enfants parlent couramment l’anglais.

F.-A. : Le multilinguisme a toujours été l’une de vos caractéristiques. Vous chantez dans toutes les langues et en parlez couramment plusieurs. D’où vous vient cet amour des langues ?

C.A. : Quand on est fils d’immigré arménien, donc, que l’on s’exprime dans une langue que quasiment personne ne parle, il vaut mieux apprendre vite les autres ! J’en parle aujourd’hui cinq, même si je ne les manie pas toutes à la perfection. Je ne parle pas l’anglais aussi bien que j’aimerais, mais j’aime le chanter.

FA : Vous avez sorti cet hiver un double album de reprises intitulées Duos, dans lequel vous chantez dans toutes les langues avec des artistes du monde entier : Sting, Elton John, Placido Domingo, Laura Pausini…

C.A. : Oui, l’album est polyglotte, mais ce qu’il y a d’extraordinaire, c’est que tous les étrangers voulaient chanter en français. À l’origine, tous mes partenaires devaient chanter chacun dans leur langue, mais Elton John, par exemple, ne voulait chanter qu’en français. Il a vraiment fallu le convaincre !

F.-A. : L’album compte aussi des duos avec des artistes aujourd’hui disparus qui ont beaucoup compté dans votre vie : Franck Sinatra, Édith Piaf…

C.A. : Oui, je connaissais Sinatra pour avoir chanté avec lui quelques fois. Il m’avait choisi entre plusieurs autres artistes, pour enregistrer une chanson en duo sur l’un de ses albums (ndlr, You make me feel so young sur l’album Duets en 1993). Pas mal pour un petit Français ! Pour Young at Heart présente sur « Duos », on a demandé les droits à la famille, qui nous les a immédiatement accordés. Et puis Piaf, alors là, c’est une autre histoire ! Piaf et moi on a vécu ensemble pendant des années : elle, moi et son amour du moment. L’amour passait, mais moi je restais. On chantait, on buvait pas mal, on s’amusait bien ensemble !

F.-A. : C’est d’ailleurs grâce à Edith Piaf et à sa tournée nord-américaine en 1946, dont vous assuriez avec Pierre Roche la première partie, qu’est venue la notoriété ?

C.A. : Oui, c’est vrai. Ca a surtout marché au Canada pour nous. On y est resté après ça, pendant plus de deux ans, à tourner partout.

F.-A. : Avec ces quatre dates nord-américaines, dont celle du City Center de New York en avril, vous revenez sur les traces de vos premiers succès ?

C.A. : Je suis très heureux de revenir à New York. Cette ville et moi, on s’est beaucoup aimé. Cette fois-ci, pour la première fois dans un concert à l’étranger, je chanterai l’intégralité en français. J’ai toujours chanté dans la langue du pays où je me produisais. C’est ce qu’il faut pour conquérir un auditoire étranger. Mais, enfin à mon âge, je peux enfin me permettre d’être paresseux !

F.-A. : Que répondez-vous à ceux qui font, depuis quelques années, de toutes vos dernières tournées, « la tournée des adieux » ?

C.A. : Oui, ils m’enterrent déjà ! Je ne sais pas d’où ça vient, mais ça m’agace beaucoup.  Alors à vous, je vous le dis : non, je n’ai pas prévu de m’arrêter après celle-là ! On verra bien ce que la vie me réserve encore.

Infos pratiques

Duos (Alan Douglas, 2008 / Emi France 2008).

Concerts au Canada :
19 avril: Ottawa, Centre national des arts.

21 au 24 Avril : Montréal, place des arts

26 Avril: Toronto, Roy Thomson Hall

Concerts à New York
29 avril, 1er, 2 et 3 mai : City Center, 130 West 56th Street, New York, NY 10019

Réservation en ligne

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • L’énergie expérimentale d’Émilie SimonL’énergie expérimentale d’Émilie Simon La reine française de l'électro, souvent comparée à Björk, s'installe à New York pour quelques mois, le temps d'écrire et de composer un nouvel album. Emplie d'une nouvelle énergie, la […] Posted in Music
  • Angélique Kidjo, un chant d’espoirAngélique Kidjo, un chant d’espoir La chanteuse béninoise, qui vit à New York, se produit aux États-Unis en avril et en mai. France-Amérique l’a rencontrée."J’ai grandi au Bénin. Mon père m’obligeait à aller à l’école. […] Posted in Music