Subscribe

Cheminots, enseignants, postiers: une semaine sociale très revendicative

Dans le sillage des pilotes de ligne, les cheminots se mettront à nouveau en grève cette semaine, suivis par les enseignants jeudi, tandis que les postiers défileront samedi dans toute la France contre la “privatisation” de La Poste.

Le trafic d’Air France a encore été fortement perturbé dimanche, au troisième jour de la grève lancée jusqu’à lundi soir notamment par le syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), majoritaire. Air France a prévu pour lundi d’annuler 30 à 35% de ses vols long-courriers et 50% de ses moyen-courriers, comme la veille.

Les pilotes dénoncent le déplafonnement de leur âge limite d’activité en vol à 65 ans, prévu dans un amendement parlementaire au budget de la Sécurité sociale pour 2009, qui doit être examiné lundi au Sénat. Au cours du week-end, le secrétariat d’Etat au Transports a tenté de désamorcer le conflit, jugé “injustifiable” par Dominique Bussereau, mais la base des pilotes continue d’exiger un retrait pur et simple de l’amendement.

Du côté du rail, le trafic SNCF risque lui d’être affecté par deux grèves des agents de conduite, qui s’opposent au projet de réorganisation des conditions de travail des conducteurs du fret et ont déjà observé une grève bien suivie le 6 novembre.

La Fgaac (autonomes) et la CFDT prévoient une grève reconductible dès mardi 20H00, tandis qu’une intersyndicale réunissant CGT, FO, Sud-Rail et CFE-CGC prendra le relais à partir du dimanche soir 23 novembre. Les syndicats contestent la volonté de la SNCF de modifier le nombre maximal d’heures de conduite consécutives, celui des nuits de conduite d’affilée et la durée des repos, dans le domaine du transport de marchandises soumis à la concurrence.

La direction a toutefois invité la Fgaac et la CFDT à venir négocier dimanche soir pour tenter d’éviter le conflit de mardi , après s’être déclarée dans un communiqué “ouverte à des propositions des organisations syndicales pour éviter la grève”. “Il n’est jamais trop tard !”, a de son côté ironisé Didier Le Reste (CGT).

Jeudi, ce sont les enseignants qui descendront dans la rue. La quasi totalité des syndicats de la maternelle à l’université, secteurs public et privé, y compris l’enseignement professionnel et agricole, appellent à la grève et à manifester ce jour-là partout en France pour dénoncer “la dégradation des conditions de travail”, les milliers de suppressions de postes au budget 2009 et, pour certains, la réforme du lycée.

Le principal syndicat des écoles, le SNUipp-FSU, s’attend à une grève “massive, du même niveau que celle du 15 mai”, où entre 46% (ministère) et 63% (syndicats) des instituteurs avaient débrayé. Les lycéens de l’UNL et les étudiants de l’Unef appellent également à la mobilisation ce jour-là.

Enfin, samedi, cinq fédérations syndicales de La Poste (CGT-Fapt, Sud-PTT, CFDT-F3C, FO-Com, CFTC Poste) appellent les agents à une journée de mobilisation, contre “la privatisation de La Poste”. Ils rejettent le projet du PDG de la Poste, Jean-Paul Bailly, de transformer l’entreprise publique en une société anonyme dès le 1er janvier 2010, avant d’ouvrir son capital un an plus tard.

Cette journée se traduira par des manifestations dans toute la France, dont une à Paris de la Place de la Nation à Bercy.

 

Related