Subscribe

Christian Lacroix: l’offre émiratie “pleinement satisfaisante”

Le cheikh de l’émirat d’Ajman qui s’était déclaré intéressé par la maison de couture Christian Lacroix devrait déposer mercredi une offre de reprise de la griffe que l’administrateur judiciaire chargé du dossier juge “pleinement satisfaisante”. La maison Lacroix sera la grande absente des podiums lors des défilés de prêt-à-porter féminin printemps-été 2010 qui débutent aujourd’hui à Paris.

Le cheikh Hassan ben Ali al-Naimi est un proche de la famille régnante de l’émirat d’Ajman. “Le cheikh d’Ajman, après des négociations avec les frères Falic (ndlr : propriétaires américains de la maison de couture) assez faciles, et avec M. Christian Lacroix un peu plus longues, doit nous remettre une offre aujourd’hui pleinement satisfaisante”, a déclaré Régis Valliot. Cette offre, qui doit être “formalisée” et officiellement déposée au plus tard “d’ici 48 heures”, prévoit “le plein emploi, le règlement du passif et le rachat des créances des actionnaires”, a précisé M. Valliot.

Le prêt-à-porter et la haute couture seraient maintenus et les 104 personnes encore salariées de l’entreprise “toutes reprises”, a-t-il ajouté en précisant que “des détails juridiques” restent à régler. “C’est la solution mirifique qu’on n’osait pas espérer”, “la solution idéale”, a estimé l’administrateur en se félicitant que l’offre soit “dotée de fonds propres conséquents”. “Bernard Krief Consulting est toujours là pour le prêt-à-porter”, a ajouté M. Valliot sans autre précision.En revanche le groupe italien Borletti (Le Printemps, La Rinascente) “se retire, sans rapport avec cette offre, mais après mûre réflexion”, a ajouté M. Valliot.

Dans un communiqué, le groupe confirme qu’il “n’a pas souhaité remettre une offre ferme” dans le cadre de la procédure de redressement judiciaire”. “Après trois mois d’étude du projet, le groupe Borletti considère que malheureusement les conditions pour confirmer cette offre de reprise ne sont pas réunies”. Il invoque notamment “la complexité de la procédure en cours et la nécessité pour la société et son administrateur de trouver dans les plus brefs délais une solution satisfaisante”, est-il indiqué. Le groupe “souhaite ainsi faciliter une finalisation rapide de l’offre du cheik de l’émirat d’Ajam et son rapprochement avec Christian Lacroix“.

Lacroix, grand absent des collections prêt-à-porter féminin printemps-été 2010 

De Chanel à Dior en passant par Givenchy, Gaultier ou Valentino, les autres grands noms de la mode seront tous à l’affiche de cette saison aussi copieuse que les précédentes avec près d’une centaines de défilés en neuf jours. Plusieurs maisons, comme Emanuel Ungaro ou Nina Ricci, qui ont connu ces dernières années une valse de créateurs, attendent un coup de fouet de la première collection de leurs nouveaux stylistes.

La première collection du tandem Estrella Archs-Lindsay Lohan pour Emannuel Ungaro est à coup sûr l’une des plus attendues. La griffe a créé la surprise début septembre en annonçant cette collaboration inédite entre un styliste et une starlette consommatrice effrénée de mode.

La créatrice espagnole Estrella Archs, qui a travaillé chez Nina Ricci et Prada et qui présente sa propre collection en clôture de la semaine, reste styliste en chef. Lindsay Lohan a été chargée de rendre la griffe “plus cool”, dans l’espoir de relancer des ventes qui “n’ont pas bougé” ces trois dernières saisons, selon le PDG d’Ungaro, Mounir Moufarrige.

Chez Nina Ricci, le Britannique Peter Copping, ancien bras droit de Marc Jacobs chez Vuitton, qui a succédé au printemps au créateur belge Olivier Theyskens, devra redéfinir le style de cette maison bientôt octogénaire.

Cacharel aussi espère redonner un nouveau souffle à la marque, célèbre dans les années 70 pour son imprimé “Liberty”, avec Cédric Charlier, styliste belge qui a fait ses classes chez Céline avant de travailler au côté d’Alber Elbaz chez Lanvin.

La collection de l’ex-styliste star de Chloé, la Britannique Phoebe Philo, directrice artistique de Céline depuis un an, est également très attendue. Elle avait donné un aperçu de ses intentions dans une première collection présentée très discrètement avant l’été.

Chez Rochas, pour sa deuxième collection, l’Italien Marco Zanini, ancien bras droit de Donatella Versace et directeur artistique de la marque américaine Halston, a troqué la discrétion du show-room pour la visibilité du podium.

Comme toujours, quelques griffes font leur entrée dans le calendrier.

Lauréat 2009 de l’Association Nationale pour le Développement des Arts de la Mode (Andam), le Britannique Giles Deacon, qui a notamment travaillé chez Louis Vuitton et Gucci, défilait jusqu’à présent à Londres.

L’Américain Tim Hamilton, distingué à deux reprises par le Council of Fashion Designers of America (CFDA), a préféré cette saison Paris à New York. Il avait déjà présenté sa collection masculine à Paris en juin.

Autre nouvelle venue, la Roumaine Ingrid Vlasov, qui n’a jamais défilé, veut s’ouvrir à l’international après avoir séduit les célébrités de son pays avec ses robes du soir et de cocktail.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related