Subscribe
banner-subscribe-subscription-france-amerique-magazine-40%-off-promo-code-grow

Climat: chaise vide pour les républicains au Congrès américain

Les républicains de la commission de l’Environnement du Sénat américain ont pratiqué la politique de la chaise vide mardi, en protestant contre le projet de loi démocrate sur le climat examiné lors d’une toute première séance de travail.

La présidente de la commission, la démocrate Barbara Boxer a ouvert les débats mardi vers 9H00 (14H00 GMT), sans aucun républicain. Seul le sénateur républicain George Voinovich est venu siéger quelques minutes après l’ouverture de la séance.

Dans un communiqué, les républicains ont rappelé qu’ils s’opposaient à l’examen du projet de loi tant qu’ils n’auraient pas reçu de la part de l’Agence américaine de l’Environnement (EPA) une “analyse complète” sur l’impact économique du texte.

“Nous espérons que la présidente Boxer acceptera notre demande de façon à ce que nous puissions avancer”, écrivent les républicains dans le communiqué.

Dans une déclaration devant la commission M. Voinovich a répété qu’il “manque à la commission une analyse complète”. Par ailleurs, il a ajouté que lui et ses collègues républicains ont “besoin de plus de temps pour lire le texte et préparer des amendements”.

M. Voinovich a quitté la salle peu après sa déclaration.

“Nous ne voulons pas aller trop vite sur ce projet de loi, nous prenons notre temps”, a répondu Mme Boxer.

“Nous avons déjà diffusé l’analyse de l’EPA”, a-t-elle précisé avant d’ajouter: “il n’y a aucune raison de faire une analyse supplémentaire”. “La seule raison c’est de retarder”, a-t-elle dit.

La présidente de la commission a indiqué qu’une analyse complète sera faite à l’initiative du chef de la majorité démocrate Harry Reid, lorsque le projet de loi sera assemblé dans sa version finale au Sénat, après le passage devant plusieurs autres commissions, a promis Mme Boxer.

Le projet de loi du Sénat est un texte légèrement plus ambitieux que celui voté à la Chambre des représentants en juin.

Les deux plans instaureraient un système de marché de droits d’émission (“cap and trade”).

Le plan démocrate est contesté par l’opposition qui estime notamment qu’il ne fait pas assez de place à l’énergie nucléaire. En outre, les sénateurs, y compris des démocrates issus d’Etats dépendant du charbon ou du pétrole, craignent des répercussions, notamment sur les prix de l’énergie.

La présidente a suspendu la séance peu avant 10H30 (15H00 GMT) pour permettre aux élus d’assister au discours de la chancelière allemande Angela Merkel devant les deux chambres réunies.

 

Related