Subscribe

Consternation générale après le choix de la FIFA de ne pas rejouer le match France-Eire

La Fifa a confirmé vendredi que France-Eire ne pourrait pas être rejoué, conformément aux lois du jeu, tandis que Thierry Henry, auteur de cette fameuse main, a estimé qu’il aurait été préférable de le rejouer, ajoutant que ce n’était pas à lui de décider.

La position de la Fifa et celle de Henry sont logiques. La Fifa s’appuie sur les lois du jeu.”Les décisions de l’arbitre sur des faits en relation avec le jeu sont sans appel, y compris la validation d’un but et le résultat du match”, peut-on lire dans le chapitre 5 de la Loi du jeu.

“L’arbitre ne peut revenir sur une décision que s’il réalise que celle-ci n’est pas la bonne ou, à sa discrétion, après avoir consulté un arbitre assistant ou le quatrième officiel, le tout sous réserve que le jeu n’ait pas repris ou que le match ne soit pas terminé”, peut-on également lire.

Or France-Eire, mercredi, est allé à son terme, au bout le prolongation. Dans ce cas, sans surprise, le match ne peut pas être rejoué et le score ne peut pas être changé. Les résultats sont donc entérinés: succès français 1 à 0 à l’aller samedi, 1-1 au retour au Stade de France mercredi après prolongation, les Bleus étant donc qualifiés pour le Mondial-2010 et l’Eire éliminée.

“Peut-être que j’aurais fait la même chose”

La position de Henry est aussi sans surprise. Son geste, coupable mais réalisé dans l’instant, est celui de tout joueur. Comme le dit Jean-Pierre Escalettes, président de la Fédération française (FFF): “Il faut n’avoir jamais joué au foot pour ne pas savoir que ces choses arrivent”. “Peut-être que moi, à sa place, j’aurais fait la même chose”, a admis courageusement -alors que le climat est féroce autour de ce geste- le milieu de terrain international brésilien de Bordeaux, Fernando.

”Je ne suis pas un tricheur”

Le soir même, après le match, Henry déclarait devant la presse: “Oui, il y a main, mais je ne suis pas l’arbitre. Toto Squillaci va à la lutte de la tête, je suis derrière deux Irlandais, la balle rebondit et elle tape ma main”. ”Bien sûr, je continue à jouer, avait-t-il poursuivi. L’arbitre ne siffle pas main, mais je ne peux pas dire qu’il n’y a pas main”.

Sa déclaration de vendredi est dans le droit fil de ses déclarations d’après-match. “La solution la plus équitable serait bien sûr de rejouer le match, mais ce n’est pas de mon ressort”, dit-il vendredi dans ce texte rédigé en anglais.

“Je suis vraiment désolé”. “Je suis naturellement gêné de la manière dont nous avons gagné et je suis extrêmement désolé pour les Irlandais qui méritent vraiment d’être en Afrique du Sud”, ajoute le joueur.

“Je ne peux pas faire beaucoup plus que d’admettre que le ballon a touché ma main sur le but égalisateur et que je suis vraiment désolé pour les Irlandais”, regrette encore le Français.

“Je l’ai déjà dit et je le répète: oui, j’ai touché le ballon de la main. Je ne suis pas un tricheur et je ne l’ai jamais été”, se défend Henry, selon lequel son geste “est une réaction instinctive sur une balle qui venait extrêmement vite dans une surface bondée”.

La décision de la FIFA est conforme à la règle

Implicitement la Fifa et Henry s’en remettent à l’arbitrage: une fois que le directeur de jeu a entériné les résultats, ils sont gravés dans le marbre. Cela relance évidemment le débat sur l’aide à apporter à l’arbitrage (moyens vidéo ou arbitres supplémentaires sur le terrain).

Giovanni Trapattoni, sélectionneur italien de l’Eire, n’en veut pas à Henry mais surtout à la Fifa. “Je ne sais pas ce que j’ai fait à Sepp Blatter (président de la Fifa)”, dit ainsi le technicien italien, qui accuse la Fédération internationale de ne pas vouloir moderniser l’arbitrage: “c’est un meurtre”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related