Subscribe

Conversation avec David Martinon, consul blogueur

L’ancien porte-parole de Nicolas Sarkozy a pris ses fonctions de consul de Los Angeles en août 2008. Ce spécialiste de la communication vient de créer son blog, une première pour un consul français aux États-Unis.

À qui vous adressez-vous dans votre blog ? À la communauté expatriée de Los Angeles ?
Je ne ferai pas complètement mon travail si je ne m’adressais qu’aux Français. Mon but est aussi de faire connaître la France aux Californiens. Je choisis par conséquent des sujets  susceptibles d’intéresser les Français aussi bien que les Américains.

Par exemple ?
La loi sur le crédit d’impôt international pour les tournages étrangers en France qui a été votée en décembre 2008. Dans mon blog, je parle de cette loi et de ma décision d’aller la présenter aux producteurs d’Hollywood qui ont été très intéressés par la question.
Je suis aussi en train de préparer un sujet sur les indiens d’Amérique, qui pendant la Première et la Deuxième Guerre mondiale furent transmetteurs en France pour l’armée américaine. La France les a récemment honorés. Ces sujets politiques et culturels sont au cœur de la relation franco-américaine et sont donc parfaitement en accord avec les objectifs de mon blog.

Tous les consulats français aux États-Unis possèdent un site Internet facile à actualiser. Quel est l’avantage d’avoir un blog en supplément ?
Les blogs sont une manière plus personnelle de raconter l’actualité, très différente du site officiel du ministère des Affaires étrangères. Les textes doivent être courts et relativement simples bien que cela prenne du temps. Chaque sujet demande un travail de recherche important. Ce blog est aussi une façon de suivre le mouvement qui s’est développé sur le web ces dernières années.

Vous travaillez au service du Quai d’Orsay. Avez-vous dû demandé l’autorisation du ministère des Affaires étrangères pour créer ce blog ?

Le Quai d’Orsay soutient tout à fait ce type d’initiative. Il souhaite en effet que ses représentants soient présents sur Internet et l’utilisent pour aller à la rencontre des citoyens. Lorsque je publie un post sur le crédit d’impôt international ou que je dis, dans un de mes billets, que l’industrie du cinéma américain s’intéresse à Hadopi, j’estime que je suis tout à fait dans mon rôle de représentant de la France à l’étranger.

Le consulat de Los Angeles est également présent sur Twitter et Facebook. Ce type d’outils et de réseaux sociaux est-il désormais essentiel pour communiquer ?
Oui, je considère qu’il n’y a que comme cela que je peux faire mon travail aujourd’hui. Nous gardons bien sûr les moyens de communication traditionnels, mais ce nouveau type d’outils nous permet de mettre en avant l’action du consulat français à Los Angeles. Rien ne sert d’organiser un festival ou une exposition par exemple, s’ils ne sont pas médiatisés. Le consulat a également un compte Flickr (site communautaire de photos) et un compte Daily Motion (site de partage de vidéos). L’idée est de démultiplier l’action diplomatique et de mettre en valeur les personnalités françaises à travers des vidéos.

 

Informations pratiques:

http://davidmartinon.blogspot.com/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related