Subscribe

Corinne Narassiguin évoque sa “grande tristesse”

Corinne Narassiguin a publié un communiqué ce vendredi affirmant qu’elle “prend acte” de la décision du Conseil constitutionnel d’annuler son élection, évoquant un “flou qui a entouré les règles qui ont encadré les campagnes législatives à l’étranger”.

Comme lors de ces derniers mois, Corinne Narassiguin a affirmé sa bonne foi, attribuant l’annulation de son élection à un “flou qui a entouré les règles qui ont encadré les campagnes législatives à l’étranger et les particularités liées à un scrutin sur de vastes circonscriptions, avec des règles différentes en fonction des pays, sans compter les difficultés particulières à opérer hors zone Euro”.

Elle précise les faits qui lui sont reprochés : “l’ouverture d’un second compte bancaire aux Etats-Unis au nom de mon mandataire financier”, et se défend d’avoir été volontairement dans l’illégalité : “(Ce) second compte de campagne n’a jamais eu pour but de contourner le système légal français de contrôle des dépenses électorales. Au contraire, il a permis une traçabilité totale de l’ensemble de ces flux financiers”.

Désormais inéligible pendant un an, Corinne Narassiguin affirme qu’elle va “faire des propositions pour améliorer la loi et la règlementation afin que les futurs candidats à l’étranger ne se trouvent pas confrontés aux mêmes problèmes parfois insolubles dans l’état actuel de la jurisprudence ainsi produite par le Conseil constitutionnel”.

Revenant sur sa victoire de juin dernier, Corinne Narassiguin se dit “fière de la confiance manifestée par les électeurs le 16 juin 2012 (…) fière aussi du travail accompli même s’il n’en était qu’à ses prémices”. “Je tiens à assurer tous mes concitoyens d’Amérique du Nord de mon sincère dévouement et de ma grande tristesse de ne pouvoir continuer à les représenter avec ardeur comme j’ai pu le faire durant ces 8 mois. En tant que Française de l’étranger, je resterai bien entendu attentive et active.”

Entre déception et amertume à gauche

Les réactions à gauche ne sont pas faites attendre. Le parti socialiste, par le biais d’un communiqué, a pris acte de la décision tout en regrettant la sévérité du Conseil Constitutionnel. Le PS a tenu à remercier Corinne Narassiguin qui “aura notamment marqué l’Assemblée par son talent comme responsable du groupe socialiste lors de la discussion du projet de loi sur le mariage pour tous”. Contacté, le Parti Socialiste nous a confirmé que “la recherche d’un nouveau candidat pour faire gagner la gauche a été lancée”.

Erwann Binet, député PS de l’Isère et rapporteur du projet de loi sur le mariage homosexuel a lui aussi rendu hommage à la député PS affirmant qu'”elle a réalisé en quelques mois ce que certains n’ont pas l’occasion de faire en un mandat”. Autre réaction à gauche, celle de Richard Yung, sénateur PS des Français de l’étranger, évoquant “un sentiment de malaise et d’injustice” suite à l’invalidation de l’élection de Corinne Narassiguin. L’Association Démocratique des Français à l’étranger (ADFE), marquée à gauche, a de son côté regretté une “sanction sévère si l’on considère la difficulté à appliquer des règles de financement inspirées de l’expérience du territoire français dans une campagne se déroulant dans deux ou plusieurs pays, et n’ayant pas encore de précédent”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related