Subscribe

Coup de filet international après un spectaculaire braquage de diamants

Une trentaine de personnes ont été interpellées en Belgique, en Suisse et en France dans l’enquête sur un braquage spectaculaire à l’aéroport de Bruxelles au cours duquel 50 millions de dollars de diamants avaient été dérobés en février, et une partie du butin a été récupérée.

18 février, 20h : deux véhicules noirs équipés de gyrophares bleus enfoncent la clôture d’un chantier pour pénétrer sur le tarmac de l’aéroport. Il rejoint un fourgon de transport de fonds au pied d’un avion de la compagnie Swiss qui s’apprête à décoller pour Zurich. Huit hommes armés de fusils mitrailleurs, encagoulés et porteurs d’uniformes de policier, braquent les pilotes de l’avion et les transporteurs de la Brink’s, sans tirer un coup de feu. Forçant les portes de la soute, ils en extraient 120 colis contenant principalement des diamants, d’une valeur estimée à environ 50 millions de dollars. Ils repartent en trombe. L’opération n’a duré qu’une dizaine de minutes.

Après trois mois d’un travail discret, l’enquête a abouti à une “grosse opération” menée par 200 policiers belges, suisses et français, a annoncé mercredi le porte-parole du parquet de Bruxelles, Jean-Marc Meilleur. En France, un ressortissant français, qui faisait l’objet d’un signalement international dans le cadre de ce dossier, a été interpellé mardi, a expliqué M. Meilleur, sans indiquer à quel endroit précisément. L’homme, aux “lourds antécédents judiciaires”, est soupçonné d’avoir directement participé au braquage. La Belgique a demandé son extradition.

Un avocat et un homme d’affaires genevois détenus

De son côté, la police suisse a annoncé que la brigade de répression du banditisme de Genève avait interpellé mardi soir huit personnes soupçonnées d’être également impliquées dans ce braquage. Le parquet belge a quant à lui évoqué six arrestations en Suisse. Une quantité importante de diamants a été saisie à Genève, ainsi que 100 000 francs suisses (80 000 euros), précise le ministère public suisse. Un “avocat de la place” et un homme d’affaires sont parmi les personnes interpellées. Ils sont “prévenus de recel et d’entrave à la justice pénale” et détenus. La police genevoise enquêtait depuis deux mois “à la suite d’informations faisant état de la présence d’un membre du grand banditisme à Genève” et estime que les “pierres précieuses saisies sont issues du braquage” de Bruxelles.

En Belgique, une quarantaine de perquisitions ont eu lieu mercredi matin, essentiellement dans la région bruxelloise, selon le parquet de la capitale belge. Vingt-quatre hommes “âgés de 30 à 50 ans” ont été interpellés, dont “une dizaine” font partie du milieu du grand banditisme belge. “Certains ont déjà été lourdement condamnés pour des vols avec violence”, a expliqué M. Meilleur. Leur rôle précis devra être déterminé, mais il pourrait s’agir de “receleurs” ou “d’intermédiaires”, selon lui.

Un air de déjà-vu

Lors de ces perquisitions en Belgique, de “fortes sommes d’argent et des voitures de luxe” ont été saisies, a encore indiqué le porte-parole du parquet. Cependant interrogé pour savoir si les enquêteurs soupçonnaient les braqueurs d’avoir bénéficié de complicités de la part des membres du personnel de l’aéroport ou au sein de la société de transports de fonds, M. Meilleur n’a pas souhaité répondre.

Le hold-up a des airs de déjà-vu à l’aéroport de Bruxelles, après des braquages similaires en octobre 2000 (6,5 millions d’euros de diamants dérobés) et d’octobre 1995 (butin de 1,1 million d’euros). Aux Pays-Bas, des diamants et des bijoux d’une valeur d’environ 75 millions d’euros en partance pour Anvers avaient été dérobés en février 2005 à l’aéroport d’Amsterdam. Mais le record pour un vol de diamants reste celui commis, également en Belgique, en février 2003 dans les coffres du Diamond Centre à Anvers : le montant du butin avait été estimé à 100 millions d’euros.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related