Subscribe

Damien Regnard fait étape à Montréal, fief de sa suppléante

Damien Regnard, candidat divers droite à la législative, était ce mercredi au Québec pour rencontrer les Français de Montréal. L’occasion pour lui de rappeler le leitmotiv de sa campagne : “être légitimite” face “aux deux candidats parisiens qu’on essaie de nous imposer”. Reportage.

Ni strass, ni paillettes. Dans les locaux de la fondation française des anciens combattants, le mobilier reste sommaire, le décor un peu vieilli et le comptoir rappellerait n’importe quel vieux comptoir de PMU d’un village de campagne française. A l’abreuvoir, subtilement indiqué au moyen d’une pancarte de bois descendant du plafond, on peut retrouver les habitués, comme Henri, qui discute avec ses vieux copains de la campagne électorale. Un choix de lieu que Damien Regnard justifie dès sa prise de parole : “C’est un endroit pour les Français d’ici, géré par les Français d’ici. On aurait pu faire ça dans un grand palace avec du foie gras et du grand vin de Bordeaux, mais ça ne m’aurait pas plu et ça ne me ressemble pas”.

Ici, Virginie Beaudet connaît presque toute l’assemblée. Arrivée à Montréal à l’âge de 5 ans, et grandement attachée à sa culture française, la suppléante de Damien Regnard est bien connue dans la communauté. “C’était évident que la suppléance devait être canadienne. Je ne suis pas pour une parité bête et systématique mais pour une parité complémentaire”, a expliqué Damien Régnard. “Et le choix de Virginie était logique car elle a une expérience d’expatriée de longue date et des responsabilités au sein d’associations. Elle ne cherche pas la notoriété, c’est vraiment une personne de terrain.”

“Mes adversaires ? Les deux Parisiens qu’on essaie de nous imposer !”

D’un ton franc, tantôt sec, tantôt amusé, le candidat soutenu par le Rassemblement des Français de l’étranger (RFE), a pris le temps de répondre aux questions, donnant un long moment de débat à cette soirée, chacun faisant part de son petit problème d’expatrié ou de ses interrogations sur l’élection. Outre les sujets relatifs aux équivalences professionnelles et à l’éducation, ce sont les adversaires de Damien Regnard qui se sont invités dans les discussions. Un thème sur lequel le candidat ne s’est pas fait attendre pour donner son point de vue : “Mes adversaires ? Les deux Parisiens qu’on essaie de nous imposer et qui ne sont même pas inscrits sur les listes électorales consulaires parce qu’ils ne sont tout simplement pas des Français de l’étranger !”

Installé depuis 17 ans à La Nouvelle-Orléans, élu de l’AFE et engagé auprès de multiples associations et conseils d’administration, Damien Regnard a fait de sa “légitimité” le cœur de sa campagne. “Je me sens dans mon élément ici”, a-t-il confié en fin de soirée. “Je suis un Français de l’étranger et je parle aux Français de l’étranger”.

Après son passage discret à Montréal, douzième étape de sa campagne entamée début mars, Damien Regnard va poursuivre sa visite de la circonscription. “Je reviendrai au Québec début mai”, précise-t-il, mais sa grosse échéance reste mi-mai, en Floride, où une “grosse soirée” l’attend avec “d’importants soutiens” dont il préfére taire les noms pour l’instant.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related