Subscribe

Dans le New York Times : 5 chiffres pour comprendre les “gilets jaunes”

La journaliste Liz Alderman analyse depuis Paris le mouvement des “gilets jaunes”. Une approche économique pour comprendre la “plus grosse crise d’autorité” à laquelle est confronté Emmanuel Macron depuis le début de son quinquennat.

Selon le quotidien américain, plusieurs raisons expliquent cette “protestation collective” qui porte sur les “problèmes plus profonds touchant la France depuis des années”. En cause : “la baisse du niveau de vie” et “le pouvoir d’achat en berne”.

En France, le salaire médian est d’environ 1 700 euros (1 990 dollars) contre 3 260 euros (3 700 dollars) aux Etats-Unis. La moitié des travailleurs gagne davantage et l’autre moitié gagne moins. L’écart entre riches et pauvres se creuse : “les 20% de la population les plus aisés gagnent environ cinq fois plus que les 20% les moins aisés”, remarque le journal. Une dynamique que l’on retrouve aux Etats-Unis, où le phénomène est lié à “l’effondrement des plus bas revenus”, selon l’économiste français Thomas Piketty.

Le taux de chômage ne descend pas en dessous de 9% depuis la crise économique européenne de 2008, quand il oscille autour de 4% aux Etats-Unis. Malgré une réforme du Code du travail (limitation du pouvoir des syndicats, négociations individuelles…), “il pourrait s’écouler des années avant d’observer des résultats pour les travailleurs”, “mis en colère” par ces décisions vues comme une régression des acquis sociaux. Les entreprises américaines, en revanche, ont moins de contraintes pour embaucher et licencier.

La croissance économique de 1,8% en 2017 est un progrès par rapport à la stagnation qui durait depuis des années. Mais “la reprise a été inégale”, avec une précarisation des emplois. La même année les Etats-Unis ont enregistré une hausse de 2,3%.

Avec une baisse de 3,2 milliards d’euros (3,6 milliards de dollars) de taxes pour les plus riches, Emmanuel Macron a provoqué la colère des classes populaires. “Dans le même temps, le pouvoir d’achat des 5% des ménages les plus pauvres a diminué”, note Liz Alderman. Spécificité française, la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) de près de 20% sur la plupart des produits du quotidien a un fort impact sur les faibles revenus.

Autant de chiffres qui expliquent les revendications d’un mouvement protéiforme, qui prépare sa quatrième journée de manifestations samedi 8 décembre à Paris.

=> A lire via le New York Times.

  • Cette comparaison des salaires est complètement ridicule et primaire. Il faudrait comparer à périmètre égal : comparer la vie de quelqu’un avec ces salaires en incluant la santé, l’éducation, le chômage, etc. On ne parle aussi pas de la même chose entre chômeurs américains et français : il n y a pas de chômage aux Etats-Unis ou plutôt les revenus sont si faible que personne ne veut y rester. On ne gagne pas 4000$/mois en travaillant chez Walmart. D’ailleurs infos non crédibles sur le salaire minimum : tous les Etats n’ont pas de salaire minimum. Ah aussi : travailler le dimanche et heures de nuit au même salaire : qui en veut ? Pas de crèche publique et université à minimum 10000$ l’année. Ecole qui finit à 2pm sans solution de garde publique. Visite chez le docteur à 120$. Assurance santé à 400$ par mois (si on est chanceux). Doliprane a 8$ le paquet. Ah mais en effet : les salaires sont plus élevés… Encore faut il comparer à périmètre egal et comprendre le coût de la vie. Pour un soi-disant un journal franco-américain et un article qui se veut économique, je trouve ça ridicule et très mauvais. On peut être pour ou contre Macron, par contre il faudrait penser à faire des articles de qualité.

  • En 1968, plutôt aux accords de Grenelle en 1969, nous avions eu une avancée significative. Je comprends que les Etats-uniens et Etats-uniennes se posent des questions sur notre réalité du quotidien. Avec plusieurs présidents qui se sont succédés depuis cette date, même en 1981 avec Mitterand, les gouvernements se sont efforcés de baisser et d’augmenter la fracture entre le patronat et le salariat en s’efforçant, en plus, d’augmenter le chômage, en fermant les mines, les aciéries, les industries de plus de mille ouvriers et ouvrières. La baisse de la paysanneries. Nous arrivons actuellement à un non-retour de la colère de cette population de plusieurs générations depuis 50 ans. Il faut dire que les Français et Françaises avalent des “couleuvres” pendant plusieurs générations mais quand la coupe est trop pleine elle peut “exploser”…

  • Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Related