Subscribe

De jeunes Américains jouent la commedia dell’arte à Avignon

Débarqués tout droit de Virginie, 12 étudiants américains s’apprêtent à jouer au festival off d’Avignon du 15 au 25 juillet. Au programme, une pièce de Carlo Goldoni: Arlequin, serviteur des deux maîtres.

C’est l’histoire d’une rencontre. En 2010, le metteur en scène Jean Pétrement et sa compagnie Bacchus quittent Besançon pour une tournée américaine. Ils participent alors à l’inauguration du Forbes center for the perfomings Arts de l’université James Madison à Harrisonburg (JMU) en Virginie en jouant Feu la mère de Madame de Georges Feydeau. Spécialiste de la commedia dell’arte, Jean Pétrement donne également à cette occasion plusieurs conférences et l’ensemble de l’événement remporte un franc succès. Dennis Beck, directeur du théâtre, lui propose alors de revenir pour travailler cette fois-ci sur la mise en scène d’une pièce. C’est ce qu’il fait en mars et avril 2012 en proposant aux élèves de 4ème année une pièce de Carlo Goldoni: Arlequin, serviteur des deux maîtres.

Ecrit dans le style de la commedia dell’arte, ce classique de Goldoni raconte l’histoire de Truffaldin (Arlequin), serviteur astucieux qui essaye de satisfaire deux maîtres à la fois tout en cachant l’existence de l’un à l’autre. Tous les ingrédients du genre sont là : quiproquos, fausses identités, amours en suspens et humour irrévérencieux. Pour Jean Pétrement, la pièce est “un mélange entre le théâtre français et la comédie italienne et marque la naissance du théâtre moderne, où les femmes jouent les rôles principaux”.

La pièce est tirée d’une adaptation américaine de la version originale. Une adaptation que Jean Pétrement a tenu à remanier. “Aux Etats-Unis, les acteurs ont un rapport très direct avec les spectateurs, explique-t-il, et la version américaine comportait beaucoup d’adresses au public. Je suis plus tradionnel et je tiens au quatrième mur. J’ai donc gardé le texte américain en enlevant ces interventions qui n’ont rien à voir avec le théâtre de Goldoni”.

“Un langage universel”

Pendant les répétitions, la surprise fut d’abord au rendez-vous pour les élèves qui ont découvert un genre théâtral qu’ils ne maîtrisaient pas. “Aux Etats-Unis, précise Jean Pétrement, la commedia dell’arte ne fait pas vraiment partie de la culture théâtrale. Mais Goldoni travaille sur un comique de situation. C’est un langage universel”. La pièce a néanmoins nécessité un travail hardu. Selon Wolf Sherrill, professeur à JMU et interprète de Pantalone dans la pièce, Jean Pétrement a mis les étudiants au défi, “en les solicitant comme jamais ils n’ont été sollicité”.

Depuis avril, les 12 acteurs de l’école de théâtre de JMU ont tout de même eu l’occasion de s’entraîner puisque la pièce a déjà été jouée six fois au Forbes center. Mais c’est un public très différent qui les attend à Avignon, puisque majoritairement français. Jouée en anglais, la pièce sera toutefois rythmée par des intermèdes durant lesquels un Arlequin français viendra faire une petite mise au point dans la langue de Molière.

Entamée en 2010, la collaboration entre la compagnie Bacchus et l’université de James Madison est promise à une longue vie : “Nous avons plein de projets avec JMU et le Forbes center, en France comme aux Etats-Unis”, s’enthousiame Jean Pétrement qui a déjà accueilli deux stagiaires américains lors du festival d’Avignon off en 2011.

Outre Arlequin, serviteur des deux maîtres, la compagnie Bacchus jouera pendant le festival d’Avigon quatre autres pièces : Le dernier jours d’un condamné de Victor Hugo, La voix secrète d’Alma Mahler d’Anna Enquist, L’Île aux esclaves de Marivaux et Don Quichotte de Cervantès.

Arlequin, the servant of two masters : tous les jours du 15 au 25 juillet à 18h à la Cité Médiévale de Montfavet, à Avignon.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Sartre à Huis clos dans le QueensSartre à Huis clos dans le Queens Bienvenue en enfer ! Le Secret Theatre de New York (Queens) accueille ce week-end un classique de la pièce de théâtre à thèse avec Huis clos, de Jean-Paul Sartre. La pièce, devenue culte […] Posted in Culture
  • Le théâtre français, invité d’honneur à PrincetonLe théâtre français, invité d’honneur à Princeton Pour les amateurs citadins de théâtre, il faudra passer côté jardin. L’université de Princeton (New Jersey) accueillera la deuxième édition du festival « Seuls en Scène », organisé par […] Posted in Culture