Subscribe

De retour des profondeurs du globe, James Cameron décrit un paysage “lunaire”

Le cinéaste canadien James Cameron, devenu le premier homme à explorer en solitaire le site le plus profond de la croûte terrestre dans le Pacifique, a décrit lundi à son retour un paysage “lunaire, désert”.

“C’est un endroit très lunaire, très désert, très isolé”, s’est exclamé James Cameron lors d’un entretien téléphonique avec des journalistes, quelques heures après son retour à la surface. “J’ai eu l’impression de passer d’une planète à une autre et de revenir en l’espace d’une journée”, a-t-il souligné. Le sol de la fosse des Mariannes, par plus de 10 km de fond, est “nu, c’est un monde étrange”, a jugé le réalisateur des films “Avatar” et “Abyss”.

Selon le National Geographic, qui pilote l’expédition “Deepsea Challenger”, James Cameron a été “la première personne au monde à avoir jamais touché le fond, seul, du site le plus profond de la croûte terrestre à un record de 10.898 m”, dans un mini sous-marin. “C’est un peu comme plonger dans l’obscurité, c’est quelque chose qu’un robot ne pourrait décrire”, a encore expliqué M. Cameron à son retour.

James Cameron a dit être resté deux heures et demie au fond de l’océan, soit bien moins que les six heures prévues, en raison d’un problème avec le système hydraulique de son engin.

Après une remontée plus rapide que prévu, en 70 minutes, le mini sous-marin du réalisateur, baptisé par l’expédition la “torpille verticale”, a refait surface vers 2h lundi, à 500 km au sud-ouest de l’île américaine de Guam. La fosse des Mariannes, sorte de longue cicatrice de 2.550 km de long dans l’océan Pacifique, atteint les 11,2 km de fond au point Challenger Deep, une profondeur où pourrait largement sombrer le mont Everest (8.850 m). Il s’agit de l’endroit le plus hostile du globe, plongé dans une obscurité permanente.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related