Subscribe

De rouille et d’os, un film français coup de poing

Sortie vendredi à New York du dernier film de Jacques Audiard, De rouille et d’os, un puissant mélodrame porté par les superbes interprétations de Marion Cotillard et Matthias Schoenaerts. Un long-métrage entre brutalité et douceur.

Depuis son premier film, Regarder les hommes tomber, Jacques Audiard est l’un des rares réalisateurs à réconcilier critiques et public. De rouille et d’os (Rust and Bone), présenté en compétition officielle à Cannes, en est un nouvel exemple. Malgré le dur sujet abordé, le film a su trouver un large public en France. Le film raconte l’histoire d’amitié et d’amour entre Ali, un agent de sécurité habitué des combats de rue pour arrondir ses fins de mois, et Stéphanie, une ancienne dresseuse dans un parc aquatique devenue handicapée suite à un accident lors d’un exercice avec une baleine. Deux personnages à fleur de peau, violents envers eux-même et leurs proches, mais terriblement fragiles.

Stéphanie, interprétée par une Marion Cotillard bien plus à l’aise que dans les superproductions américaines, vit recluse dans son petit studio de bord de mer depuis l’accident qui lui a fait perdre ses deux jambes. Cette jolie trentenaire qui aimait tant séduire ne voit plus en elle qu’une amputée condamnée à ne plus rien faire de sa vie. Ali (l’excellent Matthias Schoenaerts) est bien le seul à ne pas la voir uniquement par le prisme du handicap. Après de nombreux refus, il la convainc même d’aller se baigner, le début d’un rapprochement entre ces deux bêtes blessées. Tout comme dans Intouchables, où François Cluzet trouve en Omar Sy quelqu’un qui ne le traite pas comme un handicapé et fait preuve de franchise, Marion Cotillard apprécie l’honnêteté d’Ali.

Sous la caméra d’Audiard, le mélodrame prend une autre dimension. Boulversant, brutal, parfois violent, De rouille et d’os est un film à la fois sombre et plein d’espoir. Mais le réalisateur ne tombe jamais dans la facilité et filme avec grâce et parfois distance, une histoire déjà si forte qu’elle n’a nul besoin d’effets de style. Un film humain, tout comme ses deux personnages. De battre, votre cœur ne s’arrêtera pas.

Sortie à New York le 23 décembre, à Los Angeles le 4 décembre et dans le reste des Etats-Unis début janvier.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related