Subscribe

Décès d’Adrien Zeller : la classe politique alsacienne en deuil

 “Européen convaincu”, “homme de dialogue et d’ouverture”, “humaniste engagé” : les élus alsaciens de tout bord ont rendu un hommage unanime à Adrien Zeller, le président UMP de la Région Alsace décédé samedi à Haguenau à 69 ans, après un nouvel accident cardiaque.

“C’est une perte terrible pour l’Alsace (…) et pour notre pays. Adrien Zeller a inlassablement mis son énergie au service de notre région, de la décentralisation et de l’Europe”, indiquent dans un communiqué les élus de la Région qui présentent à l’ensemble de ses proches “leurs très sincères condoléances”.

Le sénateur-maire PS de Strasbourg Roland Ries a lui aussi fait part de sa “profonde tristesse”, saluant un “homme de dialogue et d’ouverture” à “l’esprit vif et créatif”. “L’Alsace perd l’un de ses plus vaillants défenseurs, un humaniste engagé et un homme intègre dont l’engagement sans faille et l’esprit d’entreprise ont été mis au service de l’action publique”, ajoute M. Ries.

“Sa passion pour l’Alsace, sa conviction que +la France sera forte de ses régions+ et ses très hautes qualités humaines nous manqueront fortement”, estime le PS Jacques Bigot, président de la communauté urbaine, qui loue le “refus du sectarisme” de M. Zeller et son “ouverture d’esprit”.

Pour le maire de Mulhouse et secrétaire d’Etat à la Justice Jean-Marie Bockel, M. Zeller était un “humaniste rhénan”, “président infatigable de la Région Alsace”, “toujours en avance d’une idée”.

“Visionnaire, féru d’innovations, humaniste et européen convaincu”, Adrien Zeller était un “homme de parole, fidèle en amitié”, souligne le président UMP du conseil général du Bas-Rhin Guy-Dominique Kennel.

Quant au MoDem 67, il salue la mémoire “d’un centriste de coeur et d’esprit, européen convaincu et homme de dialogue toujours respectueux du pluralisme démocratique”.

Ex-secrétaire d’Etat chargé de la Sécurité sociale et président de la Région Alsace depuis 1996, M. Zeller est mort samedi après-midi à l’hôpital de Haguenau. Il était hospitalisé depuis le 14 juillet après un premier infarctus survenu après une réunion franco-allemande en Forêt-Noire.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related