Subscribe

Décès de Blake Edwards, réalisateur déjanté de “La Panthère Rose” et “The Party”

Le cinéaste américain Blake Edwards, décédé jeudi à l’âge de 88 ans, a connu la gloire grâce à l’humour siphonné de la “Panthère Rose” et “The Party” avec l’immense Peter Sellers, mais il est aussi le réalisateur du raffiné “Diamants sur canapé”.

Le cinéaste est mort jeudi à l’âge de 88 ans, a indiqué à l’AFP son agent, Lou Pitt, sans préciser ni le lieu ni les causes de la mort de l’artiste, qui fut l’un des grands noms de la comédie américaine pendant plus de 30 ans. Le réalisateur et scénariste a mis en scène des légendes comme Audrey Hepburn, Cary Grant, Tony Curtis, ou encore Jack Lemmon. Né le 26 juillet 1922 à Tulsa (Oklahoma, sud des Etats-Unis), Edwards avait débuté à l’âge de 23 ans comme acteur. Il a travaillé sur des fictions de radio puis comme réalisateur à la télévision, où il a rencontré le musicien Henry Mancini qui composera l’air de “La Panthère Rose”. Mais étant issu du sérail d’Hollywood, Edwards s’est vite tourné vers le 7e art, réalisant son premier long métrage en 1955, “Bring your smile around”. “J’ai été élevé dans une famille du cinéma. Mon père était chargé de production, premier assistant réalisateur. Son père était sans doute le plus grand réalisateur de son temps. Donc je ne pouvais pas ne pas être intéressé”, a expliqué en 2004 le cinéaste, dont le grand-père était J. Gordon Edwards, réalisateur de films muets dans les années 1920.

“Mister Cory” (1957) et “Opération jupon” (1959), l’ont fait connaître. Son succès s’est ensuite confirmé grâce à “Diamants sur canapé” avec Audrey Hepburn (1961) et “Le jour du vin et des roses” (1962) avec Jack Lemmon. Mais c’est sa collaboration avec Peter Sellers dans le rôle de l’inoubliable inspecteur Clouseau de la “Panthère Rose” qui l’a fait connaître dans le monde entier. Blake Edwards a écrit et réalisé sept longs métrages avec le détective français gaffeur entre 1963 et 1978. Le duo a aussi donné lieu au délirant “The Party” (1968), dans lequel Sellers incarne un acteur indien qui multiplie les bévues au cours d’une soirée hollywoodienne. La collaboration entre les deux hommes a été parfois difficile, à tel point qu’au moment de sa mort en 1980, Sellers travaillait à une nouvelle déclinaison de la Panthère rose, sans Edwards. “Peter Sellers est devenu un monstre. Il a été lassé du rôle (de Clouseau) et est devenu coléreux, renfrogné et pas professionnel. Il ne venait pas travailler et cherchait quelqu’un à blâmer”, a raconté Blake Edwards dans des propos rapportés par le site spécialisé Imdb. Après la disparition de Sellers, Edwards a réalisé un nouvel épisode de la série, “A la recherche de la panthère rose” (1982), en utilisant des images tournées avant la mort du comédien.

La carrière du réalisateur a connu des hauts et des bas. Sa comédie musicale “Darling Lili” (1970) a notamment été un échec et “Elle” (1979), avec la sculpturale Bo Derek, a suscité le sarcasme des critiques. En 1982, Edwards a renoué avec le succès avec “Victor Victoria”, long métrage libertin sur une chanteuse qui se travestit en homme … qui se grime en femme. Il avait été nommé pour l’Oscar du meilleur scénario et avait remporté en France le César du meilleur film étranger. Le réalisateur y mettait en scène la star anglaise de “Mary Poppins” Julie Andrews, son épouse depuis 1969, qu’il a dit avoir rencontrée dans des circonstances “merveilleusement holloywoodiennes” en se rendant chez son psychanalyste alors qu’elle en revenait. En 2004, il avait reçu un Oscar d’honneur pour l’ensemble de sa carrière. Fidèle à ses mises en scène délirantes, il avait joué les vieillards gâteux et traversé la scène à toute blinde dans un fauteuil roulant électrique, allant s’écraser dans des décors en carton pâte.

Chaleureusement applaudi, il s’était relevé, couvert de poussière, avant de déclarer, fringuant: “Ca fait du bien!”.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related