Subscribe

Décès de l’animateur Jean-Luc Delarue

Jean-Luc Delarue, emporté par un cancer à l’âge de 48 ans, a été l’animateur-producteur emblématique des années 1990-2000 dont la carrière a été interrompue par une affaire de cocaïne, après un quart de siècle de télévision, début d’une longue descente aux enfers.

Considéré comme un “surdoué” de la télévision, Jean-Luc Delarue avait marqué l’audiovisuel par le côté novateur de ses émissions centrées sur l’empathie autour du témoignages d’anonymes. Né le 24 juin 1964 à Paris, il débute en 1986 à l’agence de publicité DDB et présente parallèlement une émission sur TV6, ancêtre de M6, avant son départ pour Europe 1 puis Canal+. Sous l’oeil bienveillant des Pierre Lescure, Michel Denisot et autre Jean-Pierre Coffe, il se révèle en présentant “La Grande Famille” (1991-94).

En 1994, Jean-Luc Delarue rejoint France 2. C’est le début de la notoriété avec “Ca se discute” – l’émission ne s’arrêtera qu’en 2009 -, et de la prospérité, avec la création de sa société, Réservoir Prod, dont les productions vont essaimer sur toutes les chaînes. A l’antenne, sa diction rapide, presque mécanique, son assurance, son aisance et son éternelle oreillette constituaient sa marque de fabrique.

Il se retrouve en 1996 au coeur d’une polémique sur les contrats mirobolants des animateurs-producteurs de France 2, accusés de piller les fonds du service public. Il rebondit malgré tout en produisant en 1999 le magazine “C’est mon choix” sur France 3, qui dure cinq ans, puis en 2001 “Vis ma Vie” sur TF1. Entre 1994 et 2005, il co-anime neuf cérémonies des Victoires de la musique et intervient régulièrement pour le Téléthon. L’émission “Ca se discute” lui vaut en 2000 le premier de ses trois 7 d’or.

“Une forme de solitude”

Mais son succès lui vaut des critiques qui stigmatisent le ton racoleur de ses émissions. Les magazines “people” ne l’épargnent pas. Au fil des années, l’alcool et la drogue s’invitent de plus en plus dans sa vie. Les dérapages commencent. En 2007, il insulte hôtesses et stewards dans un avion d’Air France. “J’étais malade”, dit-il. “Il se perdait, souligne Jean-Baptiste Claverie, fidèle vice-président de Reservoir Prod. J’angoissais un peu”. Michel Drucker le décrit comme quelqu’un qui “a brûlé la vie, c’est un secret pour personne. Et qui a traversé notre métier avec une forme de solitude qui m’a beaucoup troublé”.

Le 14 septembre 2010, il est interpellé et placé en garde à vue dans une affaire de stupéfiants. “Quand les flics sont arrivés, j’ai dit : +Enfin !+”, avoue-t-il. Dès le lendemain, l’animateur est écarté de l’antenne de France 2. Il est mis en examen en janvier 2011. “Déterminé” à prendre un nouveau départ après son interpellation, il suit trois semaines de cure de désintoxication. Puis il entame une tournée en camping-car dans une cinquantaine de villes en France, Suisse et Belgique pour alerter les jeunes sur les dangers de l’addiction aux drogues. Après ce périple rédempteur, il reprend du service sur France 2 pour animer “Réunion de famille”, le mardi en deuxième partie de soirée.

Mais son retour est de courte durée. L’audience n’est pas au rendez-vous. A la mi-novembre, France 2 annonce qu’il a été hospitalisé en raison d’une occlusion. Son émission est déprogrammée. Le 2 décembre, Jean-Luc Delarue convoque une conférence de presse au siège de France Télévisions. “J’ai un cancer de l’estomac et du péritoine”, annonce-t-il très ému. Papa d’un jeune garçon né d’une précédente liaison, il dit vouloir “profiter de chaque parcelle de vie” avec sa femme, Anissa Khel. Mi-mai, il l’a épousée à Belle-Île-en-Mer, en Bretagne.

Trop affaibli par la maladie, il ne peut pas comparaître en juillet à son procès pour acquisition et détention de cocaïne devant le tribunal correctionnel de Nanterre. Il devait être jugé en février prochain.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related