Subscribe

Décès de Linda Laverne : une « énergie espérante » s’éteint

Au terme de 13 mois de lutte contre une forme rare de cancer, cette figure de la communauté franco-américaine de la baie de San Francisco est décédée à l’âge de 41 ans à son domicile d’Oakland.

Alors que les Américains appréciaient un moment privilégié de convivialité avec leur famille, Linda Laverne vivait quant à elle ses derniers instants avec ses proches. Cette Franco-Américaine de 41 ans est en effet décédée le jour de Thanksgiving, laissant derrière elle trois enfants et un mari, mais aussi des parents, des frères et sœurs, de nombreux amis et une communauté franco-américaine en deuil. Les médecins lui avaient diagnostiqué un cancer des voies biliaires en octobre 2008, maladie qu’elle a combattue courageusement jusqu’à la fin, avec le soutien de ses proches. En janvier 2009, un comité de soutien avait organisé à San Francisco une réception de levée de fonds en partenariat avec le consulat pour permettre à Linda Laverne de bénéficier d’une greffe du foie. Malheureusement, la tumeur étant trop avancée, la greffe ne constituait plus une option viable. Les dons récoltés avaient alors été affectés aux frais médicaux de sa chimiothérapie. Pour garder ses proches au courant de son état de santé et de ses réflexions personnelles, Linda avait ouvert un site internet sur lequel elle tenait un journal de bord. Cette mère de famille, qui était également artisane céramiste, devait exposer ses œuvres au printemps en partenariat avec le consulat. 

Mercredi 2 décembre, la cérémonie en l’honneur de Linda a rassemblé des centaines de personnes. Famille, amis, coéquipiers de football et membres de la communauté franco-américaine : tous étaient venus témoigner de leur chagrin face au décès prématuré de cette femme si pleine de vie. Son mari, Christophe, qui l’avait introduite à la langue et à la culture françaises, évoque l’intense « envie de vivre » de son épouse, qui rendait la maladie d’autant plus difficile. « C’était une énergie espérante », explique-t-il. Pierre-Olivier Gourinchas, un proche de Linda, cherche les mots, forcément réducteurs, pour définir la personnalité si riche de son amie, à la fois artiste et sportive, impliquée dans sa famille et dans la communauté : « C’était quelqu’un qui était à la fois plein d’amour mais aussi quelqu’un de très direct. Même par rapport à sa maladie, elle était très franche. Elle avait une honnêteté intellectuelle et émotionnelle hors du commun ». « Les Laverne, c’était la famille franco-américaine rêvée, se souvient le consul de San Francisco, Pierre-François Mourier. Chacun apportait à l’autre ce que sa culture a de particulier. Alors même qu’elle n’était pas française, Linda était devenue un acteur important de la communauté franco-américaine », explique le consul, à propos de cette femme biculturelle capable d’enchaîner un long déjeuner à la française et un match de base-ball avec ses neveux.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related