Subscribe

Déficits et nucléaire: Aubry et Hollande s’interpellent directement

Martine Aubry et François Hollande se sont opposés directement jeudi soir lors du premier débat télévisé entre les six candidats à la primaire socialiste sur les questions sensibles de la réduction des déficits et du nucléaire.

Sur le nucléaire “moi je suis claire”, a lancé Mme Aubry à M. Hollande, qui l’a pressée de son côté de préciser la part du nucléaire qu’elle envisageait en 2025, pour finalement estimer qu’elle aussi était d’accord pour la passer de 75 à 50% (aujourd’hui l’électricité produite en France est pour 75% d’origine nucléaire, ndlr). “Ce n’est pas parce que nos courbes se croisent que nous sommes d’accord”, a riposté Martine Aubry. La maire de Lille prône de son côté, non pas la réduction, mais “la sortie du nucléaire”, sans préciser de date.

Sur les déficits, “je le dis à François, on ne peut pas dire qu’on va arriver à zéro déficit en 2017 dans l’incertitude qui est celle aujourd’hui de l’Europe et du monde”, a dit Mme Aubry. “Je ne veux pas m’engager sur cela. Je m’engage pour 2013 (ndlr: retour du déficit à 3% du PIB)”. “Je ne crois pas que l’on puisse s’engager ou alors on ne peut pas faire l’éducation, on ne peut pas faire un contrat de génération qui coûtera extrêment cher et qui pour moi ne marchera pas”, a-t-elle ajouté. Elle visait ainsi les deux propositions principales de M. Hollande, qui a proposé vendredi dernier de rétablir 60 à 70.000 emplois dans l’éducation nationale. “Nicolas Sarkozy a menti aux Français. Nous devons une grande clarté si nous voulons qu’ils nous fassent confiance”, a-t-elle ajouté.

Réponse de François Hollande: “Il faut donner une direction (…) qui doit aller vers la maîtrise de notre endettement. Je ne serai pas le président qui accroîtera la dette comme Nicolas Sarkozy l’a fait dans un contexte de crise, il est vrai, mais en dégradant les comptes publics”. “Tout ce que j’ai proposé, y compris le contrat de génération, sera financé par des économies équivalentes, notamment sur les exonérations de cotisations sociales et sur les niches fiscales. Rien dans ce que je propose est de nature à dégrader les comptes publics”, a-t-il ajouté.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related