Subscribe

Des français exposent pour la planète dans les campus américains

Les Français Lucy + Jorge Orta, couple d’artistes défenseurs de la cause écologique, exposent à l’Université Wesleyan, en Nouvelle-Angleterre.

Décidément, les artistes de l’Hexagone ont la cote sur les campus américains, qu’ils soient peintres, photographes ou rappeurs. Dernier exemple en date : Lucy et Jorge Orta, deux plasticiens anglo-argentins, français d’adoption, qui ont installé leurs studios aux Moulins, une ancienne papeterie de la région parisienne. Avec Food Water Life, une exposition écolo, le duo d’artistes engagés fait la tournée des universités de la côte Est. Après un passage à Tufts près de Boston en partenariat avec l’Alliance Française, ils présentent leurs créations à l’université Wesleyan, avant d’investir l’université Cornell, Ivy league de l’Etat de New York.

L’agenda des Orta est déjà plein à craquer. Ils préparent la Biennale de Venise, exposent à celle de Shanghai, réalisent une installation à la gare de Saint-Pancras à Londres, une production pour la Cité de la Villette à Paris et organisent, à Philadelphie, un buffet géant en plein-air. Pourquoi aller à la rencontre des étudiants de petits liberal art colleges de Nouvelle-Angleterre ? “Il m’est impossible de séparer l’art de ses dimensions fonctionnelles et pédagogiques”, explique l’ancienne créatrice de mode lors de sa visite à Wesleyan. Au cœur de sa démarche collaborative, l’envie de sensibiliser la jeune génération aux enjeux environnementaux, autour du triptyque écologiste : gaspillage alimentaire, réchauffement climatique et gestion de l’eau.

Réunissant des créations datant de 1981 à 2012, Food Water Life joue de la frontière entre l’art et le design, l’esthétique et l’opérationnel, le corps physique et le corps sociologique. L’exposition a ceci de juste et de touchant que sans l’instrumentaliser, elle exprime l’urgence environnementale avec des couleurs flamboyantes, des formes gigantesques et bizarroïdes. Ainsi un gilet de sauvetage composé d’un assemblage d’objets hétéroclites, une tente tissée de drapeaux ou une pirogue amazonienne transformée en station d’épuration. “Je revendique une esthétique opérationnelle”, résume Lucy Orta aux étudiants de Wesleyan. Loin de céder aux noires sirènes du catastrophisme, l’artiste puise de l’impératif écologiste une formidable source de vitalité et d’énergie créatrice.

Food water life : Lucy + Jorge Orta, Zilkha Gallery, Center for the arts, Wesleyan University, Middletown, Connecticut.

Renseignements : www.studio-orta.com et http://orta.blogs.wesleyan.edu

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Des oeuvres pour reconstruire La Nouvelle-OrléansDes oeuvres pour reconstruire La Nouvelle-Orléans Des œuvres contre un désastre. C'est le pari de Prospect.1. La plus grande biennale d'art contemporain des Etats-Unis qui se tient en ce moment à La Nouvelle-Orléans, a pour but de […] Posted in Culture
  • Renouveau figuratifRenouveau figuratif Le Grand Palais à Paris héberge une grande exposition sur un mouvement qui a marqué l’art français des années 60 et 70. Juste au moment du […] Posted in Culture