Subscribe

Des oeuvres pour reconstruire La Nouvelle-Orléans

Des œuvres contre un désastre. C’est le pari de Prospect.1. La plus grande biennale d’art contemporain des Etats-Unis qui se tient en ce moment à La Nouvelle-Orléans, a pour but de stimuler l’économie locale, notamment sur les lieux ravagés en 2005 par l’ouragan Katrina, comme le Lower Ninth Ward. A découvrir Jusqu’au 18 janvier 2009.

Voir le reportage photo.

Plus de 80 artistes internationaux et locaux ont réparti depuis le mois de novembre sur 25 sites, musées ou lieux historiques de La Nouvelle-Orléans, leurs peintures, photographies, vidéos et autres installations réalisées à partir de débris. Prospect.1, la plus grande biennale d’art contemporain des Etats-Unis, se veut une réponse aux ravages causés par l’ouragan Katrina en 2005 et illustre l’effort de la ville pour relever la tête, redévelopper le tourisme, relancer l’activité économique et faire en sorte que La Nouvelle-Orléans redevienne une destination culturelle. Au centre-ville, au Contemporary Arts Center (CAC) qui abrite une partie des œuvres, on estime qu’avec plus de 10 000 visiteurs, l’opération est un succès.

Les œuvres les plus marquantes de la biennale émergent souvent des appropriations du traumatisme, ou d’élaborations sophistiquées à partir de matériaux réutilisés. Emblématique, l’Emergency Response Studio de l’Américain Paul Villinski, est conçu comme un studio d’artiste itinérant et écolo dans une caravane, qui rappelle celles mises en place par le gouvernement Bush après l’ouragan. L’arche de Mark Bradford, un immense bateau en bois échoué sur un terrain en friche, utilise pour la coque du bois de maisons détruites du quartier. Wangechi Wutu a disposé le squelette d’une charpente sur le terrain d’une propriétaire arnaquée par son assurance. L’énorme diamant de Nari Ward fait à partir de morceaux de matériel de gymnastique assemblés, se tient dans l’église abandonnée Battle Ground Church, comme pour recoller les morceaux épars de la communauté. Parmi les artistes sélectionnés, on trouve aussi quatre Français : Pierre et Gilles, Xavier Veilhan et Anne Delaporte.

Les artistes invités par Prospect.1 ont ainsi investi des sites touchés par le désastre de Katrina et mis en place des œuvres créées exprès, ou inspirées par le contexte, comme dans le quartier défavorisé et afro-américain du Lower Ninth Ward, à l’est de la ville. >Les habitants du « Lower Ninth » étaient pauvres, mais souvent propriétaires de leur modeste maison. Trois ans après le passage de l’ouragan, beaucoup d’entre eux ne sont toujours pas revenus. Certains n’arrivent pas à prouver que le terrain sur lequel ils habitaient avant Katrina leur appartenait alors que d’autres n’ont simplement pas les moyens de reconstruire.

Du coup, la zone a été déblayée, laissant la place à des espaces vides, des restes épars et des fondations de maisons. Beaucoup d’habitations du Lower Ninth Ward abandonnées ou éventrées, restent à démolir ou à reconstruire. Le L9 Arts Center, un centre artistique local dans une maison victorienne retapée, expose des photographies et les collages de la Française Anne Delaporte, à partir de journaux découpés. Un peu plus loin, le bâtiment en construction du Lower Ninth Ward Village, abrite un grand bateau rempli d’eau. Le centre social Common Ground Relief, qui vient en aide aux habitants les plus démunis, fait face aux constructions futuristes de Make it Right, l’association sponsorisée par Brad Pitt. Ces installations et ces œuvres permettent de revitaliser un quartier que les touristes et amateurs d’art peuvent atteindre grâce à une navette gratuite. Selon un habitant du Lower Ninth Ward, elles offrent également « la perspective des artistes sur notre voyage vers le renouveau ».

Voir la GALERIE PHOTOS.

Infos pratiques:

Prospect.1 à la Nouvelle Orléans, Louisiane. Jusqu’au 18 janvier 2009. Entrée gratuite.


 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related