Subscribe

Des robots et des hommes

Pièce de théâtre mécanique, “Sans Objet” d’Aurélien Bory met en scène la confrontation de deux acrobates avec un robot industriel. Un spectacle magistral à découvrir les 9 et 10 novembre au BAM de Brooklyn, dans le cadre du festival Next Wave.

Deux hommes et un robot. C’est le point de départ de “Sans Objet”, spectacle que la compagnie toulousaine du 111 vient présenter aux New-Yorkais ce week-end. Créée en 2009 par l’ingénieux metteur en scène Aurélien Bory, la pièce explore le rapport de force entre l’homme et la machine, et les croisements de l’art et de la mécanique sous forme de ballet industriel.

Et l’homme créa le robot

Sur scène, la machinerie prend la forme d’un gigantesque bras articulé. Cachée sous une bâche noire, elle semble d’abord inerte. Puis s’éveille peu à peu à la vie. Deux hommes (Olivier Alenda et Olivier Boyer) aident la créature à se dépêtrer de cette coquille de plastique mou. Libérée, la machine surgit, rutilante, devant les yeux du spectateur ému. On vient d’assister à une naissance.

Comme dans un ballet, les hommes et le bras robotique se découvrent. Ils s’observent, se touchent, s’apprivoisent. Cette nouvelle amitié donne lieu à l’une des scènes les plus burlesques du spectacle, lorsque la machine décide de faire le clown et culbuter ses compagnons de jeu. L’art scénographique d’Aurélien Bory s’exprime entièrement.

Fusion des corps

Bientôt, corps organiques et corps mécaniques ne font plus qu’un. “En dehors de tout but, de toute fonction, la danse entre le corps de l’homme et celui de la machine donne lieu à un théâtre mécanique sur le terrain du sensible, entre la fragilité de l’humain et la puissance du bras métallique articulé”, affirme Aurélien Bory.

Mais cette amitié apparaît rapidement suspecte aux yeux du spectateur. Les hommes et les robots peuvent-ils vivre ensemble ? Face à la puissance du bras automatique, le corps mince des acrobates semble bien fragile. Les mouvements s’affolent. La musique s’accélère. La machine s’emballe. L’homme a créé la machine mais en est-il toujours maître ?

S’appuyant sur toutes les disciplines artistiques de la scène : théâtre, cirque, danse, arts visuels, musique, “Sans Objet” place le spectateur face à ses propres limites. “Le robot tend à s’humaniser et l’homme à se robotiser. L’humain risque de devenir ‘moins bien’ que le robot. La performance est au cœur de cette question”, affirme Aurélien Bory.


 Infos pratiques :

“Sans Objet”, un spectacle d’Aurélien Bory, présenté par la compagnie 111 les vendredi 9 novembre (première américaine) et samedi 10 novembre 2012.

Adresse :

Peter Jay Sharp Building du BAM à New York, 30 Lafayette Ave Brooklyn, NY 11217-1430.

Durée :

1h10.

Billets : $17,50 (abonnés) et $25 (place simple).

Informations supplémentaires et réservations sur le site du BAM.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related