Subscribe

Des traducteurs récompensés par la French-American Foundation

La French-American Foundation et la fondation Florence Gould ont décerné leurs prix annuels de traduction en anglais pour des livres français publiés en 2007.

Créés en 1986 par la French-American Foundation, en partenariat avec la fondation Florence Gould les prix de traduction qui récompensent des traducteurs de livres français en anglais ont cette année été remis à Linda Coverdale pour sa traduction du livre Ravel de Jean Echenoz, dans la catégorie roman et à Linda Asher, traductrice du Rideau (The Curtain), écrit par Milan Kundera, dans la catégorie essai. Chacune s’est vue remettre la somme de 10 000 dollars.

Les quatre autres finalistes de la catégorie roman étaient : Frank Wynne pour sa traduction d’Allah n’est pas obligé (Allah Is Not Obliged) d’Ahmadou Kourouma, Adriana Hunter traductrice de Déloger l’animal (Kick the Animal Out) de Véronique Ovaldé, Jordan Stump traducteur des Lieux dits (Places Names) de Jean Ricardou et Howard Curtis qui a traduit Solea de Jean-Claude Izzo. Dans la catégorie essai, les quatre autres finalistes en compétition étaient : Barbara Johnson, traductrice de Divagations de Stéphane Mallarmé, Jeffrey Mehlman qui a traduit Comment parler des livres qu’on n’a pas lus (How to Talk about Books You haven’t Read) de Pierre Bayard, Linda Coverdale, traductrice de Dans le nu de la vie (Life Laid Bare) de Jean Hatzfeld et Charlotte Mandell pour sa traduction du livre Une voix venue d’ailleurs (A Voice from Elsewhere) de Maurice Blanchot.

"Le prix a pour objectif de faire connaître le travail des traducteurs, souvent méconnu aux États-Unis, ainsi que les œuvres françaises et encourager les maisons d’éditions américaines à publier la littérature francophone", explique Emma Archer, directrice de la French-American Foundation.

Ainsi, sont honorés depuis 21 ans des traducteurs débutants, tels que Sandra Smith traductrice du roman Suite Française d’Irène Némirovsky a qui le prix a été remis en 2005, comme des traducteurs reconnus tels que Lydia Davis, un des grands noms de la traduction qui l’a remporté en 2003 pour sa traduction de Du côté de chez Swann (Swann’s Way) de Marcel Proust.

Pour Linda Asher, lauréate de cette année, qui fait de la traduction depuis 47 ans et a déjà traduit six livres de Milan Kundera, avec lequel elle est devenue très amie, "ce prix est une façon d’honorer son œuvre". Linda Coverdale qui a traduit là son 52e livre, mais pour la première fois Jean Echenoz, explique que ce prix exprime surtout "la reconnaissance d’un travail réalisé en solitaire" et montre que sa traduction a bien servi l’auteur.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related