Subscribe

Deux nouvelles médailles pour le biathlon français

Deux jours après son sacre en sprint, Vincent Jay a remporté la médaille de bronze de la poursuite des jeux Olympiques 2010 mardi à Whistler, quelques heures après la troisième place de sa compagne Marie-Laure Brunet dans la poursuite.

En quatre courses, l’équipe de France a fait un carton plein avec quatre podiums, soit un de plus que durant toute la saison de Coupe du monde.

Après Marie Dorin, 3e du sprint, et Vincent Jay, vainqueur sur la même distance, c’est d’abord Marie-Laure Brunet qui a confirmé la fulgurante ascension de la jeune garde du biathlon français, nourrie aux exploits de Raphaël Poirée.

Partie en 6e position — son classement en sprint, qui définit l’ordre et les écarts de départ de la poursuite –, Brunet, Pyrénéenne exilée dans le Dauphiné par amour du biathlon, a livré une course parfaite avec un 20 sur 20 au tir. Au fil du parcours, elle a grappillé des places, passant en troisième position après le deuxième passage sur le pas de tir.

Après la dernière session de tir, elle ne comptait plus que 12 secondes de retard sur l’Allemande Magdalena Neuner et six sur Slovaque Anastazia Kuzmina, mais se contentait volontiers de cette troisième place, profitant de la ligne droite d’arrivée pour célébrer cette médaille en saluant le public.

Sur le podium, Brunet est en bonne compagnie avec Neuner, sextuple championne du monde qui a ajouté l’or à l’argent cueilli au sprint, et Kuzmina, championne olympique en sprint deux jours plus tôt.

A 21 ans, Brunet a peut-être construit ce podium devant sa télévision dimanche, jour de la Saint-Valentin, en suivant son compagnon Vincent Jay, sacré champion olympique à la surprise générale.

“J’étais contente pour lui, il a mis la barre haut. Mais pour l’instant, on n’en a pas vraiment profité”, a souligné la jeune femme, qui a quitté sa famille et ses Pyrénées à 15 ans pour entrer en sport-études à Villard de Lans.

A peine deux heures plus tard, Jay a confirmé son retentissant succès avec une deuxième médaille, derrière le Suédois Björn Ferry et l’Autrichien Christoph Sumann.

En tête jusqu’à deux kilomètres de l’arrivée, Jay, 23 ans, a cédé face à deux biathlètes d’expérience qui n’ont pas eu à gérer les retombées d’un titre olympique.

Celui qui est présenté comme le rigolo et chambreur de l’équipe de France ne plaisante pas lorsqu’il est à Whistler, puisqu’il y avait signé son premier succès en Coupe du monde, lors des pré-olympiques en 2009.

S’ils rejettent les comparaisons avec le couple-star du biathlon, le Français Raphaël Poirée et son épouse norvégienne Liv, aujourd’hui retraités, les Jay-Brunet font déjà sensation avec sa collection de médailles, alors qu’il leur reste six courses et autant de chances de médaille.

Leur appartement devra être réaménagé pour accueillir ces souvenirs olympiques et la lithographie de Whistler, repérée en 2009 et qui semble leur porter bonheur.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related