Subscribe

Dopage – Tyson Gay contrôlé positif, nouveau coup dur pour l’athlétisme

Tyson Gay est devenu le dernier “pur cent” de renom pris par la patrouille du dopage, un nouveau coup dur pour la discipline reine de l’athlétisme qui pensait retrouver un peu de son lustre grâce au duel entre l’Américain et Usain Bolt cet été aux Mondiaux.

Gay a annoncé dimanche qu’il avait été contrôlé positif à un produit interdit qu’il n’a pas identifié et qu’il était dans l’attente du résultat de l’échantillon B, dans des propos repris par la presse américaine. Il a d’ores et déjà déclaré forfait pour les Mondiaux de Moscou (10-18 août), où devait se disputer la compétition la plus importante de la saison. L’Américain de 30 ans a expliqué qu’il avait fait une erreur et avait été trompé par une personne en qui il avait confiance. L’Agence américaine antidopage (Usada) a précisé dans un communiqué que l’échantillon B serait analysé rapidement. “Nous apprécions la façon dont M. Gay gère cette situation et son choix de se retirer volontairement de toute compétition pendant que la procédure suit son cours”, a indiqué l’Usada.

Cette annonce est un coup d’arrêt spectaculaire pour le sprinteur du Kentucky, qui semblait parti pour réaliser sa meilleure saison depuis 2007 et les trois titres mondiaux qu’il avait décrochés à Osaka (100 m, 200 m, 4×100 m), juste avant l’éclosion du phénomène jamaïcain Bolt. Le deuxième homme le plus rapide de l’histoire (9.69 derrière Bolt et à égalité avec le Jamaïcain Yohan Blake) avait, en effet, retrouvé la santé et la forme après des années marquées par des problèmes physiques, qui l’ont privé en 2008 et 2012 d’une médaille olympique individuelle, son grand crève-coeur. Gay détenait les trois meilleures performances mondiales de la saison sur 100 m, en 9 sec 75 (le 21 juin), 9 sec 79 (le 4 juillet) et 9 sec 86 (le 4 mai). Et ses 19 sec 74 sur 200 m (23 juin) constituaient la deuxième performance de l’année à seulement 01/100 de Bolt.

Lemaitre: “un choc”

L’ombre du dopage n’en finit décidément pas de planer sur le 100 m, la discipline la plus médiatisée de l’athlétisme. Si le contrôle positif de Gay ne causera pas le tremblement de terre engendré par le scandale Ben Johnson (lors des JO-1988), il rejoint un grand nombre d’autres grands sprinteurs mêlés à des affaires de dopage, comme ses compatriotes Tim Montgomery et Justin Gatlin ou Marion Jones, le Britannique Linford Christie ou le Jamaïcain Yohan Blake, des sprinteurs qui ont tutoyé les sommets avec des records du monde ou des médailles olympiques individuelles.

Le mois dernier, Veronica Campbell Brown, championne du monde en titre et une double championne olympique du 200 m (2004, 2008), a été provisoirement suspendue après un contrôle positif qui avait jeté le doute sur la propreté des athlètes jamaïcains, de plus en plus montrés du doigt. Jusqu’en 2009, “VCB” étaient entraînée par Lance Brauman, qui est le coach de longue date de Gay, qui n’avait pas rompu les ponts lorsque Brauman avait purgé une peine d’un an de prison pour des manipulations financières illégales.

Bolt, la vedette du sprint mondial, n’a lui encore jamais été lié au dopage. Récemment, il clamait haut et fort: “Je suis propre, je n’ai aucun problème avec ça. Après je ne peux pas répondre au nom des autres”.

Le retrait de Gay pourrait en tout cas aider les Français Jimmy Vicaut et Christophe Lemaitre à accéder aux finales des Mondiaux. Sans Gay, Vicaut est 6e aux bilans mondiaux sur 100 m (9.95) et Lemaitre 7e sur 200 m (20.07). Ce dernier, recordman de France de la ligne droite, a confié que l’annonce de Gay avait été “un choc”. “Je n’avais aucune suspicion par rapport à ses performances. J’avais beaucoup de respect pour lui. Je m’y attendais pas du tout. Cela fait encore du mal pour l’image de l’athlétisme.”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related