Subscribe

Douze millions d’élèves ont repris mardi le chemin de l’école

Plus de 12 millions d’élèves, de la maternelle au lycée, ont fait leur retour en classe mardi, une rentrée marquée par quelques nouveautés comme l’allongement des vacances de la Toussaint ou la réforme du lycée en terminale, mais aussi par de nouvelles suppressions de postes.

“Vous êtes les bienvenus, rentrez!” A ce signal, quelques minutes avant 08H00, les élèves de 5e du collège Henri-Wallon d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) ont été les premiers à reprendre le chemin des salles de classe de cet établissement. “Ca fait plaisir, on revoit ses amis”, sourit Cindy, 12 ans. “Non, ça ne fait pas du tout plaisir! Les vacances, c’est fini”, la coupe Sourae, 13 ans. Inès, elle, est “déjà fatiguée”: “Il a fallu se lever à 6H…”

Dès l’ouverture des portes de l’école Ampère à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), des dizaines de parents et enfants s’engouffrent pour découvrir les listes. Dans la classe de CM1, la fille d’Emilie sera avec 20 enfants mais “ce n’est pas forcément un cadeau, ils ont mis tous les enfants perturbateurs”, regrette-t-elle. Même préoccupation au lycée de Sevigne, dans une banlieue cossue de Rennes. “Super, je suis avec Clem!”, s’enthousiasme un garçon en lisant les listes affichées dans la cour du lycée.

Au total, 6,7 millions d’écoliers, 3,3 millions de collégiens et 2,1 millions de lycéens, dans les établissements publics et privés, vont retrouver en classe environ 850 000 professeurs.

Parmi les nouveautés de cette année figurent l’entrée en vigueur de la réforme du lycée en classe de terminale pour mieux préparer les élèves à l’enseignement supérieur et améliorer l’orientation, l’allongement des vacances de la Toussaint à deux semaines pleines et des assistants chargés de prévention et de sécurité. Une attention particulière a été portée au primaire, priorité du gouvernement dans la lutte contre l’échec scolaire. Environ 40% des enfants ne savent pas bien lire ni compter en arrivant en sixième et la France a le taux d’encadrement dans les écoles le plus faible des 34 pays de l’OCDE, avec cinq enseignants pour 100 élèves.

Ruée pour découvrir la composition des classes

Le gouvernement sortant avait programmé 14 000 suppressions de postes à cette rentrée. Le nouveau gouvernement a réinjecté 1 000 postes de professeurs en primaire dans le public, essentiellement dans les zones difficiles et rurales, ainsi que 70 postes dans le privé sous contrat. A Nantes, à l’école du Chêne d’Aron, des parents, vêtus de gilets jaunes réfléchissants, sur lesquels est inscrit “Non à la fermeture des classes”, attendent de pied ferme l’inspecteur d’académie, qui doit venir en personne faire l’appel. En dessous du seuil de 131 élèves, l’établissement perdra une enseignante et entraînera l’occupation de l’école par les parents.

Dans le secondaire, 75 conseillers principaux d’éducation et 280 professeurs (déjà budgétés mais non pourvus) ont été recrutés. Sur l’ensemble de son quinquennat, François Hollande a prévu de créer 60 000 postes dans l’Education. Au total, entre 2007 et 2012, le gouvernement de droite avait programmé 80 000 suppressions de postes, essentiellement d’enseignants. L’accueil des élèves handicapés sera renforcé grâce à la création de 1 500 auxiliaires de vie scolaire individuels (AVSi) supplémentaires. Mais l’accueil des enfants de moins de trois ans risque d’être encore difficile cette année.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault se rendra ce mardi dans une école primaire à Aubevoye. M. Peillon a lancé en juillet une large concertation pour refonder l’école. Un rapport sera rendu avant la mi-octobre, qui servira de base à la préparation d’un projet de loi d’orientation et de programmation qui sera déposé fin novembre. La formation des enseignants, la réforme des rythmes scolaires, la création de 60.000 postes sur le quinquennat, l’évaluation des enseignants, notamment, sont au menu.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related