Subscribe

Dustin Hoffman fait chevalier des Arts et des Lettres avant de recevoir un César d’honneur pour sa carrière

L’acteur américain Dustin Hoffman a reçu les insignes de commandeur dans l’Ordre des Arts et des Lettres, lors d’une cérémonie organisée jeudi au ministère de la Culture, à la veille de la remise des Césars, où il recevra un prix pour l’ensemble de sa carrière.

Agé de 71 ans, le comédien aux deux Oscars – l’un pour “Kramer contre Kramer” en 1980 l’autre avec “Rain Man” en 1989 -, a rendu hommage à François Truffaut, à la Nouvelle vague et au cinéma français “cher à (son) coeur”, avant de fondre en larmes, très ému par ce qu’il a qualifié de “grand honneur”.

“Je garderai cette médaille jusqu’à la fin de ma vie, je regrette qu’elle n’ait pas le pouvoir magique de me faire parler français !”, a lancé l’acteur aux côtés de sa femme, sous les flashes des photographes.

Dustin Hoffman recevra un César d’honneur pour sa carrière lors de la traditionnelle cérémonie de récompenses du 7e Art français, vendredi soir au théâtre du Châtelet, a annoncé la ministre de la Culture Christine Albanel.

Il lui sera remis par l’actrice britannique Emma Thompson, à l’affiche avec lui dans “Last chance for love” de Joel Hopkins, qui sort le 4 mars en France.

La ministre de la Culture a rendu hommage à “l’un des plus grands acteurs de notre temps, doué d’une telle puissance dramatique qu’il est difficile de (le) dissocier des personnages qu’il a incarnés au sens le plus fort du terme”.

Elle a salué un artiste “inclassable, hors normes”, qui a privilégié les “oeuvres iconoclastes, anticonformistes, voire européennes dans leur sujet, comme on a pu le dire de +Rain Man+”.

Charismatique et populaire, de petite taille comme Al Pacino, Dustin Hoffman a accédé à la célébrité avec son rôle d’étudiant timide, amant d’une femme mûre dans “Le lauréat” qui lui a valu sa première nomination aux Oscars en 1967.

Formé par Lee Strasberg à l’Actor’s studio, jouant aussi bien les victimes que les rebelles ou les hommes ordinaires écrasés par le destin, il été un looser dans “Macadam cowboy”, un travesti dans “Tootsie”, un autiste à la prodigieuse mémoire dans “Rain Man” ou un père déchiré dans “Kramer contre Kramer”.

Il a notamment été dirigé par Arthur Penn (“Les extravagantes aventures d’un visage pâle”), Sam Peckinpah (“Les chiens de paille”), Alan J. Pakula (“Les hommes du président”), Volker Schlöndorff (“Mort d’un commis voyageur”) ou encore Sydney Lumet (“Family Business”).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related