Subscribe

Eclairage : les agences de notations

Standard and Poors, Moodys ou Ficht sont les trois grandes agences de notations connues aujourd’hui. La notation financière est apparue aux Etats-Unis avec le développement des marchés des émissions publiques. L’internationalisation des marchés, initiées au cours des années 80, rendent nécessaires des repères qu’elles apportes

Les agences de notation financière évaluent le risque de solvabilité de l’emprunteur, c’est-à-dire précisément le risque de non-remboursement de ses dettes ou qualité de la signature. Cette dernière est la capacité d’un emprunteur à faire face aux échéances de remboursement de la dette qu’il a contractée.

Pour les investisseurs, la notation constitue une aide précieuse à la prise de ses décisions d’investissement. Elle permet d’une part d’avoir une meilleure perception du risque inhérent à l’achat d’un titre de créance et d’autre part de comparer et d’arbitrer de manière objective entre les différentes émissions sur le marché. Elle permet enfin de suivre dans le temps le risque inhérent à l’investissement réalisé.

Des critères financiers mais aussi écologiques, sociaux ou moraux

Les agences de notation attribuent, au moment du lancement d’une émission, une note faisant ensuite l’objet d’un suivi régulier, jusqu’au remboursement. Leur décision se fonde en partie sur des informations publiées sur l’émission, l’entreprise, le contexte économique et sectoriel. Elles ont également accès, lors de visites, d’entretiens avec les principaux dirigeants, à des éléments d’information plus confidentiels sur les performances, les finances, les projets et les perspectives d’avenir de l’émetteur.

La note ou la révision envisagée est publiée sur les pages spécialisées des agences d’information financière, dans les publications régulières des agences et la presse financière. Dans tous les cas, elle est d’abord soumise à l’entreprise pour lui donner la possibilité d’y répondre.

Un suite de 3 lettres

Les agences de rating classent les émissions de titres selon des catégories de risques distinctes et symbolisées par des lettres. La quasi-totalité des agences a adopter le système de notation de Standard & Poors, formé d’une juxtaposition de lettres. En 1922, Fitch, s’inspirant des symboles de John Moody, a été le premier à utiliser ce système avant d’en céder les droits à S&P en 1960.

Pour les notes constituées de A, le risque est quasi nul, la qualité de la signature est la meilleure possible, l’émetteur noté est très fiable, et le risque peut être présent dans certaines circonstances économiques.

A partir de BB, la probabilité de remboursement est incertaine, le risque est assez fort. Puis en déroulant par la suite, on présume un risque très important de non- remboursement sur le long terme. L’émetteur est très proche de la faillite, l’emprunt est très spéculatif. Enfin pour les notes DDD elles correspondent à la faillite de l’emprunteur.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related