Subscribe

Emplois fictifs: Delanoë tient à rectifier des “contre-vérités”

Le maire PS de Paris, Bertrand Delanoë, a défendu lundi devant le Conseil de Paris le protocole d’indemnisation de la Ville par l’UMP et Jacques Chirac dans l’affaire des emplois fictifs, tenant à rectifier des “approximations et contre-vérités”.

“Je veux donner mon sentiment sur les approximations et contre-vérités qui se sont exprimées au cours des dernières semaines. Depuis depuis 2001, nous avons constamment appliqué sur ce sujet la même position”, a dit le maire de Paris en propos liminaire, avant le vote devant valider le protocole. Il a souligné son ambition de “défendre l’honneur et les intérêts de notre ville. C’est ce qui nous a conduits dans ce dossier et dans d’autres à saisir la justice”, ainsi que le “triple objectif” dont la ville “n’a jamais dévié: vérité, reconnaissance des faits, réparation”.

M. Delanoë a aussi voulu “rectifier des inexactitudes lues et entendues depuis un mois provenant d’élus ou de commentateurs, les uns de bonne foi, les autres sans doute beaucoup moins”, en allusion aux Verts et à quelques autres élus opposés au protocole qui ont dénoncé “une justice à deux vitesses” et des “arrangements”. “La somme de 2,2 millions d’euros correspond strictement au montant inscrit dans l’ordonnance de renvoi du juge” a-t-il encore insisté. Il s’en est aussi pris à l’argument selon lequel Jacques Chirac pourrait “échapper à ses juges”.

Ce protocole mettra cependant l’ancien président dans une position favorable puisqu’il fera face à un banc des victimes déserté, en plus d’une accusation vraisemblablement passive, le parquet ayant requis un non-lieu dans la procédure.”Un procès se tiendra bien dans les prochains mois contrairement à ce que beaucoup ont laissé croire”, a encore dit le maire de Paris.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related