Subscribe

Epidémie de méningite à l’université de Princeton

Sept personnes, dont six étudiants, ont contracté une méningite à méningocoque de type B sur le campus de la prestigieuse université de Princeton (New Jersey), a affirmé samedi une responsable de l’école qui envisage de lancer une campagne de vaccination.

Si le premier cas remonte à la fin mars, la prévalence de la maladie et la découverte d’un septième cas le 8 novembre, un étudiant actuellement hospitalisé, ont conduit les autorités de l’université à envisager une campagne de vaccination. “C’est une question dont les administrateurs vont débattre avec beaucoup de précaution au cours du week-end, nous ferons une annonce quand une décision sera prise”, a déclaré Martin Mbugua, un porte-parole de l’université, qui compte 8 000 étudiants.

Cette maladie étant très peu présente aux Etats-Unis, aucun vaccin disponible sur le marché n’a reçu d’agrément de la part des autorités américaines de santé. “Les étudiants qui peuvent avoir été vaccinés contre d’autres types de méningite peuvent donc être encore vulnérables aux infections par le méningocoque de type B”, selon le département de la Santé de l’Etat du New Jersey (est des Etats-Unis).

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) travaillent actuellement à un vaccin expérimental dont pourraient bénéficier les étudiants de Princeton. La méningite, qui se transmet d’une personne à une autre à partir des sécrétions oropharyngées (postillons, toux, etc), se manifeste notamment par une fièvre, des maux de tête, des vomissements et une raideur de la nuque. Devant ces signes, les autorités sanitaires préconisent de consulter rapidement un médecin.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related