Subscribe

Équipe de France de rugby : Le jour de la rédemption est arrivé ?

Au sortir d’un premier tour de Coupe du Monde catastrophique avec une ultime défaite face aux Îles Tonga (19-14), l’équipe de France de rugby se retrouve au pied du mur avant son quart de finale face à sa bête noire, l’Angleterre. Sur fond de doutes et de dissensions au sein du groupe, les bleus se retrouvent face à leurs responsabilités. L’exploit reste possible, mais la peur du vide est palpable.

Le plus mauvais bilan en phase de poules en Coupe du Monde de l’histoire du rugby français. Avec deux victoires pour autant de défaites, l’équipe de France de rugby est passée près de la correctionnelle lors de son dernier match perdu face aux Îles Tonga. Alors que tout le monde prévoyait une large victoire du quinze bleu face aux « soi-disant » modestes joueurs du Pacifique, l’élimination a été proche et la surprise de taille. Malmené dans tous les compartiments du jeu, bousculé par des Tongiens surmotivés qui ont évolué à 14 joueurs pendant une bonne partie du match, les bleus ont réalisé l’un des plus mauvais match de leur histoire. « C’est un véritable coup de massue, c’est une prestation catastrophique, tout est à revoir » a souligné le sélectionneur national Marc Liévremont, très touché par la faillite générale de son équipe. Des cadres aux abonnés absents, un groupe désuni, une mécanique collective inexistante, les bleus ont tout raté même….la troisième mi-temps, si importante pour maintenir la cohésion dans une équipe de rugby. « Je m’attendais à ce que les joueurs se parlent, aillent boire quelques bières ensemble après la rencontre pour mettre les choses à plat et faire table rase des premiers matchs. Cela ne s’est pas produit » a même déclaré, dépité, Marc Liévremont. En effet, après la défaite face aux Tonga, les bleus sont sortis en petits groupes dispersés dans la nuit de Wellington. Tous ces éléments laissent entrevoir une perte, que tout le monde n’espère que temporaire, des valeurs de fraternité et d’unité de ce sport.

Le patient français face au bourreau anglais

L’équipe de France de rugby est donc au plus bas, malade et dévastée. Mais l’équipe fanion du rugby français doit réagir, et se relever au plus vite. Le défi est de taille face aux Anglais en quart de finale, mais une prestation convaincante face au quinze de la rose samedi prochain pourrait permettre de créer une nouvelle dynamique. « On n’a plus le choix » précise le 3ème ligne Imanol Harinordoquy « c’est maintenant ou jamais, on ne peut plus se permettre de se laisser aller ou on court droit à la catastrophe ». Bourreau des bleus lors de la dernière coupe du monde en 2007, où l’Angleterre avait battu la France en demi-finale, le quinze de sa majesté n’est pas au mieux, mais il possède une force mentale sans équivalent dans le monde du rugby. « Même lorsqu’ils sont au plus bas, ils sont extrêmement dangereux » souligne le trois-quarts aile du Stade Toulousain Vincent Clerc. Minée par des scandales extra sportifs, l’équipe d’Angleterre a quand même terminé la première phase du tournoi en ne perdant aucun match. « Nous serons là, déterminés à aller au bout. Tout le monde est très motivé » a martelé le sélectionneur anglais, Martin Johnson en conférence de presse.

Aux bleus de se réveiller, de produire du jeu et de se libérer d’une pression inutile. Samedi, il s’agira de la dernière opportunité pour rattraper une très mauvaise entame de tournoi. Pour que le rugby français ne vive pas à son tour un mauvais remake semblable à celui de la peu glorieuse équipe de France de football lors du mondial 2010 en Afrique du Sud.

 

Informations complémentaires :

Programme des quarts de finale de la Coupe du Monde de Rugby en Nouvelle-Zélande (heure de Paris. Pour l’heure locale, rajoutez onze heures):

 

Samedi :

Irlande-Pays de Galle (à 7 heures, au Wellington Regional Stadium, Wellington)

Angleterre-France (à 9 heures, à l’Eden Park Stadium, Auckland)

 

Dimanche :

Afrique du Sud-Australie (à 7 heures, au Wellington Regional Stadium, Wellington)

Nouvelle-Zélande- Argentine (à 9 heures, à l’Eden Park Stadium, Auckland)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related