Subscribe

Eric Besson rencontre Facebook et Twitter en préparation du G8

Le ministre de l’Economie numérique Eric Besson est aux Etats-Unis ce mardi pour rencontrer les patrons de Facebook et Google, mais aussi ses homologues au sein du gouvernement américain, en amont du G8 organisé en France en mai.

Cette visite de cinq jours “contribuera notamment à la préparation du volet internet du G8, au travers des échanges avec les plus grands acteurs mondiaux de l’internet, qu’ils soient industriels, institutionnels ou académiques”, a indiqué l’entourage du ministre à l’AFP.

Eric Besson rencontre ce mardi à San Francisco le président d’Intel, et les vice-présidents de Google, Facebook, Twitter et Netflix, plateforme de location de films en streaming sur internet dont les ventes explosent aux Etats-Unis, a ajouté cette source. M. Besson visite également l’Icann, la principale instance de la gouvernance mondiale de l’internet, une organisation américaine qui gère notamment les noms de domaine.

Il se rendra également à Washington, où il s’entretiendra avec les conseillers du président Barack Obama chargés des nouvelles technologies, ainsi que le secrétaire adjoint au commerce et les principaux think tanks américains, selon le cabinet de M. Besson.

Régulation

Le gouvernement français souhaite inviter à Paris, en mai, les patrons des grandes sociétés de l’internet mondial afin de formuler des propositions sur l’avenir de la Toile.

Il s’agirait d’une sorte de forum, quelques jours avant la réunion des huit principales puissances économiques au monde, le G8, qui doit se tenir les 26 et 27 mai à Deauville. Le président français Nicolas Sarkozy a souhaité inscrire la question de l’internet à l’agenda du sommet, où elle sera discutée pendant une heure et demie par les chefs d’Etat.

Ils pourraient y évoquer la régulation de la Toile (lutte contre la cybercriminalité et les “paradis numériques”), la gouvernance des noms de domaine (aujourd’hui gérés par l’Icann), la liberté d’expression, la “neutralité” des réseaux et la question de leur financement, la protection de la vie privée sur internet ou encore la fracture numérique des pays du sud.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related