Subscribe

Espèce d’espace

L’exposition collective Theanyspacewhatever qui réunit une dizaine d’artistes internationaux tente de réinventer l’espace du musée Guggenheim de New York. Associés à cette expérience déconcertante, deux français : Philippe Parreno et Pierre Huyghe.

Theanyspacewhatever : titre foutraque pour une invitation lancée à dix artistes contemporains appelés à transformer ostensiblement, jusqu’en Janvier, le musée de l’Upper East Side. Cette coterie d’artistes ayant souvent déjà collaboré par le passé s’est inspirée des mots de Gilles Deleuze, « espace quelconque », pour le concept de l’exposition: il s’agit de Maurizio Cattelan, Liam Gillick, Dominique Gonzalez-Foerster, Douglas Gordon, Carsten Höller, Pierre Huyghe, Jorge Pardo, Philippe Parreno, et Rirkrit Tiravanija.

Plus qu’un mouvement artistique unifié, les artistes choisis ont imaginé ensemble, avec Nancy Spectator, l’organisatrice de l’exposition, le scénario d’un projet dans lequel chacun s’exprime indépendamment, dans des œuvres qui se recoupent ou se superposent le long de la rampe en spirale du musée. Ils ont en commun une pratique et une esthétique qui utilisent « l’environnement même de l’exposition comme arène dynamique », faisant appel au musée comme plateforme pour stimuler le public, décevoir ses attentes et l’amener à renouer avec son environnement.

Theanyspacewhatever est ainsi conçu comme une visite déambulatoire à travers les différentes installations : des murs troués comme des éponges, des bruits de jungle, un espace participatif recouvert de coussins avec projections de films (Freaks, La dernière tentation du Christ). Angela Bulloch a recouvert la rotonde d’un ciel étoilé, investissant et s’appropriant l’espace dessiné par Frank Lloyd Wright. Le Pinocchio de Maurizio Cattelan se noie, tête la première, dans la fontaine intérieure du musée. Liam Gillick a créé des slogans désorientants et opaques dont il a parsemés les murs. La chambre d’hôtel tournante de l’allemand Carsten Höller peut être louée pour la nuit. Côté français, Philippe Parreno, a conçu une marquise faite d’une centaine d’ampoules qui évoque un cinéma rétro et illumine l’entrée du musée, ainsi qu’un audioguide. Pierre Huyghe a présenté un happening et un livre.

Pour le visiteur qui erre dans cet espace dépeuplé, le propos de cette exposition conceptuelle peut sembler ténu. Il vaut mieux en être averti.

Infos pratiques :
Theanyspacewhatever
Guggenheim Museum
Jusqu’au 7 Janvier 2009. Du samedi au mercredi de 10am à 5:45pm, et le vendredi gratuit de 5:45pm à 8pm.
Site web.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Le Guggenheim célèbre son créateurLe Guggenheim célèbre son créateur Jusqu’au 23 août, se tient une exposition consacrée à Frank Lloyd Wright, l’architecte du Solomon R Guggenheim de New York. Génial, poétique, visionnaire. Les adjectifs ne manquent […] Posted in Culture
  • Bain de foule  niçois pour Robert de NiroBain de foule niçois pour Robert de Niro L’acteur américain Robert De Niro était à Nice, les 8 et 9 mars, pour inaugurer au musée Matisse une exposition des œuvres de son père, le peintre Robert De Niro Sr. Une visite qui n’est […] Posted in Culture