Subscribe

Espoir dans le ciel européen : l’Eyjafjöll se calme

Le volcan islandais Eyjafjöll a émis beaucoup moins de cendres ces dernières heures, un signe d’accalmie qui permet d’espérer la fin prochaine de la paralysie aérienne en Europe, estimaient lundi les scientifiques.

“Actuellement, l’éruption a diminué nettement”, a déclaré une sismologue au département de géophysique de l’Université d’Islande, Bryndis Brandsdottir.

“Le volume de cendres (rejeté) a beaucoup baissé” et la colonne ne dépasse plus les 3.000 m, a-t-elle dit. Au plus fort de l’éruption, mercredi à son commencement, la cendre s’était élevée jusqu’à 9.000 m dans les airs.

Les données enregistrées par les sismographes à Reykjavik confirment le déclin de l’éruption, malgré les secousses enregistrées dans la région, selon Mme Brandsdottir.

Les scientifiques ont prévenu que de nouvelles éruptions, plus violentes, pouvaient se produire une fois que l’actuelle serait terminée. Ils craignent en outre que cette activité volcanique enregistrée toutes ces dernières semaines ne réveille le volcan voisin Katla, considéré comme bien plus dangereux et qui sommeille depuis 1918.

L’Eyjafjöll a commencé à cracher un immense nuage de cendres mercredi, quelques heures seulement après la fin d’une première éruption. Celle-ci, la première dans cette région depuis 1823 et la première en Islande depuis 2004, avait commencé le 21 mars sur les flancs du volcan et avait cessé un peu plus de trois semaines plus tard.

Depuis la semaine dernière, le panache de cendres paralyse le trafic aérien européen.

Or lundi, le géophysicien islandais Magnus Tumi Gudmundsson a confirmé à que “le volcan avait généré moins de cendres au cours des dernières 36 heures qu’auparavant”, même s’il continue de cracher en “pulsations”.

Pour les milliers de voyageurs bloqués par les différentes fermetures d’espaces aériens nationaux en Europe, cette nouvelle peut être réjouissante car “le fait que (la colonne de cendres) soit plus basse signifie qu’elle se déplacera plus avec les courants d’air au sol et sera moins soumise aux vents d’altitude” plus violents, a expliqué un météorologue de l’Institut norvégien de météorologie à Oslo, Haakon Melhuus.

Du coup il y aura une concentration plus faible en cendres dans l’air qui sera éparpillée sur une surface bien plus petite, a-t-il souligné.

Outre l’espoir de voir moins de cendre vicier l’espace aérien européen, les scientifiques estiment que la baisse des émanations de cendres peut signifier un changement important de l’activité volcanique.

“Le fait que la fumée ne monte plus aussi haut qu’avant montre que l’activité (du volcan) a diminué et que la température de l’air est plus basse”, ce qui en soi empêche la cendre de s’élever, selon M. Melhuus.

Ces bonnes nouvelles pourraient un temps être contrecarrées par la météo, prévient M. Melhuus: Les basses pressions sur la mer du Nord et le Skagerak ainsi que le vent d’Islande attendus mardi constituent des conditions favorables à la détérioration de la qualité de l’air européen.

Selon M. Melhuus, “le sud de la Scandinavie ainsi que l’Europe du nord jusqu’aux Alpes” pourraient ainsi retrouver les mauvaises conditions d’avant le week-end qui ont conduit à la paralysie de l’espace aérien.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related