Subscribe

Et les profs dans tout ça?

 

Lorsque les premiers programmes bilingues ont été lancés dans l’enseignement public en 2007, la principale difficulté consistait à recruter des professeurs bilingues. En effet, les écoles new-yorkaises ne peuvent recruter des enseignants français, à moins que ces derniers ne repassent des crédits universitaires dans le système américain pour devenir enseignants certifiés aux États-Unis. La solution pour les écoles consiste donc à former de jeunes enseignants américains au bilinguisme – domaine encore méconnu – avec le soutien pédagogique et financier de l’ambassade française.

Cependant, l’obstacle de la non-réciprocité des diplômes avec la France est en passe d’être levé : il faut pour cela que l’État de New York signe un accord de coopération éducative avec une académie française, afin d’accorder des certifications temporaires aux enseignants français. Seize États américains ont déjà signé ce type de partenariat : la Caroline du Sud avec Clermont-Ferrand, l’Indiana avec Strasbourg, le Connecticut avec Toulouse, etc. « Ces accords nous aident beaucoup pour éviter des tracasseries administratives et obtenir des visas pour les enseignants. L’an dernier, 17 professeurs français sont venus enseigner aux États-Unis et ils seront 24 à la rentrée », explique Catherine Pétillon, attaché de coopération éducative à Washington.

Un projet de partenariat est bien avancé entre l’État de New York et l’académie de montpellier. en attendant de concrétiser cet accord qui formaliserait les échanges, New York accueille cette année pour la première fois deux enseignants montpelliérains dans ses écoles du Bronx (PS 73 et MS 22), tandis que deux enseignants du Bronx font le chemin inverse grâce au « dispositif Jules Verne », mis en place récemment par le ministère de l’Éducation français pour favoriser les échanges de professeurs entre les deux pays.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related