Subscribe

Eva Joly a été hospitalisée après une chute mais devrait sortir lundi

La candidate écologiste à la présidentielle, Eva Joly, est hospitalisée depuis dimanche soir à la suite d’une chute mais son entourage assure qu’elle devrait sortir lundi de l’hôpital Cochin à Paris, et reprendre sa campagne dès mardi.

“C’est bénin semble-t-il. Ce qui est prévu, c’est que demain, elle reprenne ses activités”, a déclaré le sénateur d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Jean-Vincent Placé qui la remplaçait au micro de RTL. “On n’a pas annulé nos rendez-vous de la semaine”, “nous serons mercredi soir à Nantes pour un meeting”, a précisé l’élu de l’Essonne sur RTL.

“Vu la personnalité en question, les médecins prennent des précautions et nous-mêmes, c’est normal aussi, nous prenons nos précautions”, a-t-il ajouté pour expliquer que les médecins aient gardé Eva Joly, 68 ans, à l’hôpital. “Elle a fait une chute a priori sans gravité, mais il faut être sûrs, comme c’est un choc à la tête… Il n’y a pas de raison d’avoir des inquiétudes”, a dit pour sa part Cécile Duflot, secrétaire nationale d’EELV, sur i-TELE.

Eva Joly est tombée dans un escalier alors qu’elle sortait d’un cinéma parisien. Elle est restée la nuit en observation à l’hôpital Cochin, mais devrait sortir dans la journée, selon son directeur de campagne Stéphane Sitbon-Gomez. “Ses activités sont annulées pour aujourd’hui, mais maintenues pour le reste de la semaine”, a ajouté M. Sitbon-Gomez, qui avait initialement espéré que la candidate d’EELV sorte dans la nuit.

“J’ai eu son fils au téléphone, finalement, ils ont gardé Eva Joly en observation toute la nuit, mais il n’est pas inquiet. A priori, elle sort aujourd’hui”, a-t-il dit. La candidate écologiste, créditée d’environ 2% d’intentions de vote, devrait donc reprendre sa campagne.

Si ce n’était finalement pas le cas, l’événement pourrait être lourd de conséquences. La Constitution prévoit en effet que si un des candidats “se trouve empêché, le Conseil constitutionnel prononce le report de l’élection”. L’hospitalisation d’Eva Joly avait été annoncée dimanche soir par un tweet du journaliste Jean-Michel Aphatie, qui devait l’interviewer sur RTL lundi matin.

Sur le plateau de Canal +, dimanche, Eva Joly n’a pas caché ses difficultés: “La campagne s’est durcie, c’est de plus en plus difficile”. Interrogée sur le ministère de la Justice qui pourrait, comme ancienne juge d’instruction, l’intéresser en cas de victoire de la gauche, elle avait confié: “Je pense que personne ne penserait à me le donner parce que je pense que je représente trop d’étrangeté, j’ai un accent, je ne suis pas née ici, j’ai pas fait l’ENA, je suis une femme et une femme qui n’est pas jeune”.

“Je voudrais dire aux Français que cela est un handicap très lourd, et que la place qui m’est faite dans cette campagne souffre aussi de tous ces handicaps cumulés”.

Norvégienne d’origine, arrivée en France en 1954, Gro Eva Farseth était devenue magistrate à 38 ans, avec une carrière jusqu’au coeur des affaires politico-financières les plus sensibles, dont l’affaire Elf. Son entrée en politique, elle l’a faite aux européennes de 2009, convaincue par Daniel Cohn-Bendit après avoir hésité à rejoindre le MoDem. Succès: le couple “Dany-Eva” obtient 20,9% en Ile-de-France, après une campagne où elle avait captivé en meeting, malgré sa voix monocorde et son accent.

Elle a ensuite, à la surprise générale, battu nettement Nicolas Hulot à la primaire d’EELV. Mais depuis le début de la campagne, elle peine à convaincre sur l’écologie, et est plombée par des sondages calamiteux.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related