Subscribe

Fabulations, l’apprentissage du français par le théâtre

A Portland, la compagnie de théâtre Fabulations propose une approche ludique et personalisée du français grâce au théâtre. Rencontre avec Jane Fabulet-Roberts, co-fondatrice de la compagnie.

France-Amérique : Comment vous est venue l’idée de créer cette compagnie ?

Jane Fabulet-Roberts : J’ai fait des études de théâtre et de mise en scène (Ecole Jacques Lecoq a Paris, ndlr) et j’ai toujours été intéressée par l’apprentissage de la langue. Quand j’ai rencontré Karine, nous étions deux assistantes françaises dans une école d’immersion aux Etats-Unis. On s’est aperçu que les élèves qui apprenaient le français mais aussi les profs avaient des ressources et des liens limités avec la France. En 2007, on a proposé de créer des spectacles en français pour les écoles et c’est là que tout a commencé. Nous ne nous adressons pas forcément à un public francophone, le but, c’est de faire découvrir la langue et la culture française au moyen de l’expression théâtrale.

Comment travaillez-vous ?

Depuis 2007, nous avons développé des cours réguliers et des sessions d’apprentissage pour tous âges et tous niveaux, des ateliers spéciaux pour les professeurs de français qui souhaitent intégrer les techniques et exercices théâtraux. On propose également deux spectacles pour un public jeune, et un plus récent destiné à un public plus large. On intervient dans les écoles, les centres d’activités, mais aussi dans les comités d’entreprise et des événements type vente de charité…

En quoi le théâtre favorise-t-il l’assimilation de la langue ?

Dans une mise en situation inédite ou improvisée, l’élève s’approprie mieux le vocabulaire et corrige ses fautes instantanément. C’est essentiel de solliciter le corps, la voix, l’imagination pour assimiler avec plus de fluidité.

C’est plutôt une école de théâtre ou une école de langue ?

C’est avec le théâtre qu’on apprend le français. Je dirais donc que c’est plus une école de langue. Après, tout dépend du public. S’il est francophone, on va plus travailler sur les techniques théâtrales.

C’est du sur mesure ?

Quasiment. On s’adapte au niveau de langue, à l’âge, au lieu. Les cours réguliers sont basés à Portland mais on se déplace pour les ateliers, les sessions d’apprentissage et les spectacles avec des équipements légers et mobiles. Après les spectacles, on finit souvent avec un atelier et un moment de questions-réponses pour impliquer le public. Chaque cas est particulier, il faut échanger et faire participer.

Comment introduisez-vous la culture française dans vos cours?

Dans nos spectacles, on s’inspire de lieux de la francophonie, comme le Québec ou le Sénégal. Pour les exercices d’improvisation, on utilise des cas de figure particuliers comme le 14 juillet ou un voyage en train avec les annonces vocales de la SNCF et la géographie locale. Pour les adultes, le contexte est plutôt en rapport avec les sujets d’actualité, comme les manifestations par exemple… une spécialité française !

www.fabulations.org

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related