Subscribe

Fashion Week : retour à New York de l’homme qui habille « les lionnes »

Le styliste franco-malien, Lamine Kouyate, fondateur de la marque Xuly.Bët, a présenté vendredi sa collection à la Fashion Week de New York, dans le cadre d’un défilé collectif de créateurs africains, organisé par le magazine nigérian Arise. Rencontre avec un homme doux qui revient dans la Grosse Pomme seize ans après son premier défilé à la Fashion Week.

On vous décrit souvent comme un designer du métissage, de la mixité des cultures. New York semble être une ville pour vous.

Je n’étais pas revenu à New York depuis au moins 10 ans. Cela a pas mal changé, mais chaque fois, je suis frappé par l’enthousiasme et l’ouverture d’esprit de cette ville. C’est vrai qu’on a instantanément l’impression de faire partie de ce grand bouillon culturel. Moi qui suis issu d’influences multiples, ça me parle évidemment.

Racontez-nous vos précédentes expériences américaines.

J’avais défilé pour la première fois à la Fashion Week de New York en 1993. À l’époque, personne ne me connaissait, mais une journaliste du New York Times m’avait pourtant consacré la couverture du supplément « Styles ». Ce que j’aime à la Fashion Week de New York, c’est que contrairement à celle de Paris, elle ne se focalise pas exclusivement sur les maisons établies, mais laisse au contraire de l’espace aux jeunes créateurs. C’est frais.

Que signie le nom « Xuly.Bët » ?

Xuly.Bët (ndlr, prononcer « khouli beut »), est une expression toute faite en wolof (ndlr, dialecte d’Afrique occidentale), qui signifie littéralement « ouvre grand les yeux ». On l’emploie au Sénégal comme une interjection malicieuse mais aussi pour conjurer le mauvais sort. Je n’ai jamais trouvé de traduction exacte en français, mais pour moi qui ai grandi entre plusieurs cultures, l’idée d’un regard ouvert sur le monde et sur ses différences sonnait comme une évidence.

Parlez-nous de cette nouvelle collection que vous présentez vendredi soir à Bryant park.

Je présente une quinzaine de créations personnelles, dans le cadre du défilé collectif This Day/Arise avec trois autres créateurs africains, Stoned Cherrie (ndlr, créateur sud-africain), Tiffany Amber et MOMO (ndlr, créateurs nigérians). En ce qui me concerne, c’est une collection particulière, plus sombre que ce que je fais d’habitude. Nous avons tous une part noire, d’écorché, de mal adapté. C’est ce que je suis en train d’explorer.

Pour qui créez-vous ?

J’ai une affinité particulière avec les femmes libres et battantes. Mes créations s’adressent à des lutteuses, des lionnes ! Je pense souvent à ces femmes des années 1960, dont le combat a déblayé le terrain pour les générations futures.

Quelles femmes américaines aimeriez-vous habiller aujourd’hui ?

Michelle Obama, évidemment. Elle correspond tout à fait à cette image de femme forte et battante. Je l’aime à double titre, parce qu’elle est aussi l’incarnation d’une féminité charnelle, robuste. Je ne suis pas fou des beautés-brindilles en vogue aujourd’hui. Sinon, je pense aussi à des femmes comme Erikah Badu (ndlr, chanteuse noire américaine de soul/Rn’B) ou Patti Smith (ndlr, chanteuse rock, peintre et photographe américaine)

Vous avez eu durant quelques années une boutique « Xuly.Bët » dans le Lower East Side.  Penseriez-vous revenir un jour à New York ?

Oui, j’ai tenté ma chance en 1997 en ouvrant une boutique dans ce quartier qui, à l’époque, était assez alternatif. Nous fonctionnions en fonds propres. C’était donc très cher et la boutique a dû fermer en 2002. Cette fois, si je reviens, ce serait via des distributeurs ou des partenaires déjà établis. Je ne referai pas deux fois la même erreur. Mais, c’est vrai qu’être ici me donne envie de revenir. Il faut que j’y réfléchisse…

Les instantanés du défilé Xuly.Bët

Voir aussi notre galerie photos de Fashion Week.



Infos pratiques :

Défilé collectif This day/ Arise (organisé par le magazine nigérian Arise)

Vendredi 13 février 2008, à 19h, à Bryant Park

42nd St et 6th Avenue, New York

 

XULY. Bët en quelques dates :

1989 Création de la marque Xuly.Bët Funkin’ Fashion

1992 Défilé « Tout en Blanc » collection

1993 Défilé à la Fashion Week de New York

1994 Xuly.Bët entre dans le catalogue des « 3 Suisses » et création d’une collection en collaboration avec Puma

1996 Prix « Trophées de la mode » du meilleur jeune créateur de mode féminine. Ouverture de la boutique Xuly.Bët à l’espace Jeunes créateurs du Forum des halles.

1997 Ouverture d’une boutique Xuly.Bët à New-York.

2002 Xuly.Bët installe son atelier dans le XIème arrondissement au cœur de Paris.

2003 Xuly.Bët est l’invité d’honneur de la fédération française de prêt-à-porter

2004 Défilé au Carrousel du Louvre en mars. Xuly.Bët s’installe au Printemps

2009 Défilé à la Fashion Week de New York

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Fashion Week, folle nuitFashion Week, folle nuit L'événement du deuxieme jour de la Fashion Week de New York, c'était surtout la Fashion Night Out, une longue et folle nuit new-yorkaise attendue comme le messie par tous les amoureux de […] Posted in Culture
  • La Fashion Week à New York dans l’ombre du 11-SeptembreLa Fashion Week à New York dans l’ombre du 11-Septembre La Fashion Week à New York s'est ouverte jeudi, dans le contexte particulier du dixième anniversaire des attentats du 11-Septembre qui n'a cependant diminué en rien l'effervescence […] Posted in Culture