Subscribe

Fillon dénonce un “coup de force” de Copé et récuse à nouveau les résultats

La Commission des recours de l’UMP a proclamé lundi la victoire de Jean-François Copé face à François Fillon pour la présidence du parti, à l’issue du vote contesté des adhérents du parti, le 18 novembre dernier.

Dans une déclaration au siège de l’UMP, M. Copé a promis qu’il “ne polémiquerait pas” avec son rival et ses soutiens. “C’est un devoir que je m’impose à l’égard des militants”, a-t-il dit, ajoutant : “Il appartient à chacun en conscience de prendre ses responsabilités et de choisir le pardon plutôt que la division (…) l’avenir plutôt que la rancoeur.” “Je m’engage à composer dans les jours qui viennent un collège avec différentes personnalités de notre famille politique, quel qu’ait été leur choix par le passé. Ce comité aura pour mission de nous accompagner dans le travail d’apaisement et de reconstruction qui s’impose”, a ajouté M. Copé. “Je vais proposer à François Fillon de participer à cette équipe, avec ceux qui l’entouraient pendant la campagne. Nous avons besoin de lui. Je ne peux pas imaginer que François Fillon poursuive ses poursuites judiciaires contre son propre parti, sa propre famille politique”, a-t-il encore affirmé.

Par ailleurs, M. Copé a énuméré plusieurs engagements pour son parti. “Je m’engage à créer toutes les conditions pour rendre irréversible l’organisation en 2016 de primaires ouvertes afin de désigner le ou la candidate de notre famille politique pour la présidentielle”, a-t-il promis. M. Copé s’est également engagé “à lancer dès maintenant une réflexion programmatique de grande ampleur afin de définir une ligne politique claire et courageuse, digne d’un grand parti de droite et de centre-droit, dans le prolongement de la campagne interne qui vient d’avoir lieu”. “Je m’engage à veiller à ce qu’aucune alliance électorale ne soit tolérée avec l’extrême droite”, a encore dit M. Copé.

Fillon annoncera demain sa stratégie de contestation

François Fillon a dénoncé lundi “un coup de force” de Jean-François Copé et a récusé de nouveau les résultats proclamés par une commission interne de l’UMP donnant la victoire à son rival, dans un communiqué. “Une nouvelle fois Jean-François Copé se fait proclamer président par un coup de force”, écrit François Fillon, pour qui la décision de la Commission nationale de recours de l’UMP “est illégale”, cette commission n’offrant “aucune garantie d’impartialité”.

Cette décision “est illégale car elle est issue d’une Commission dont la composition n’offre aucune garantie d’impartialité, la plupart des membres ayant pris position pour l’un des candidats. Ceux qui soutenaient Jean-François Copé n’ont pas voulu se mettre en réserve et ont siégé”, insiste l’ancien Premier ministre. Quelques minutes plus tôt, la Commission nationale des recours de l’UMP avait proclamé la victoire de Jean-François Copé, avec une avance de 952 voix (86 911 voix contre 85 959), contre 98 voix d’avance lors de la proclamation des premiers résultats, le 19 novembre. “L’UMP s’est transformée en Fort Chabrol”, a aussi dénoncé le député Jérôme Chartier, proche de François Fillon.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related