Subscribe

Fin du défilé du 14 juillet : la classe politique s’insurge

La proposition d’Eva Joly de mettre fin au défilé militaire du 14 juillet lui vaut une volée de bois vert au sein de la classe politique, où à droite comme à gauche on fustige une atteinte à une institution plus que centenaire.

A peine intronisée candidate d’Europe Ecologie-Les Verts à la présidentielle, Mme Joly s’est attaquée jeudi à cette tradition instaurée en 1880, qui chaque année attire les foules sur les Champs-Elysées, et auquel elle voudrait substituer un “défilé citoyen”.

A droite, les réactions on été les plus virulentes.

Le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy Henri Guaino a qualifié de “pathétique” et même d'”insulte” la suggestion de la candidate écologiste.

Mme Joly “est libre de faire les propositions qu’elle souhaite” mais “cette proposition, je la juge choquante”, a réagi le ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire.

Le député UMP Jacques Myard a fustigé “des idées de soixante-huitarde attardée” estimant que Mme Joly “donne dans le pacifisme béat”

La président du Front national Marine Le Pen a jugé “absolument consternants” les propos de l’ex-magistrate, qui montrent qu’elle “ne comprend strictement rien au lien extrêmement profond qui existe entre le peuple français et son armée”. Elle a jugé que cette incompréhension est “peut-être” due au fait que Mme Joly est née en Norvège.

Dans le “défilé citoyen” d’Eva Joly “il y aura des stands pour fumer le chichon (haschisch) aussi ?”, a-t-elle aussi ironisé.

Ex-secrétaire d’Etat à la Défense et président du mouvement Gauche moderne, Jean-Marie Bockel (ex-PS), qui a rejoint la Confédération des centres, a considéré que Mme Joly “ne comprend rien à la sensibilité française et est totalement déconnectée de la réalité de notre pays”.

A gauche aussi, et notamment au PS, cette proposition a été généralement très mal accueillie.

Pour Ségolène Royal, “ce serait une très mauvaise idée que de remettre en cause nos traditions”. “Le 14 juillet, c’est notre fête nationale, c’est la fête de la République, de nos trois valeurs, la liberté, l’égalité, la fraternité, et n’oublions jamais (…) que si nous sommes un peuple libre, c’est parce que justement des hommes et des femmes ont donné leur vie pour que nous (le) soyons”, a-t-elle lancé.

L’ex-Premier ministre socialiste Laurent Fabius s’est dit lui aussi “attaché” au défilé, “façon de montrer que l’armée française est une armée citoyenne”.

D’autres ont été plus mesurés.

Comme Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche (FG) pour 2012, qui a expliqué qu’il verrait bien “un défilé citoyen, à la suite du défilé militaire”. Pour lui, “ce serait une belle démonstration pour dire à l’oligarchie et à la finance internationale que la première force de dissuasion de la France, c’est son peuple”. Mais “le défilé militaire rappelle à toute puissance étrangère ce qu’il lui en coûterait de s’en prendre à la France et à sa République”, a-t-il souligné.

Seul le député EELV Noël Mamère a apporté son soutien à Eva Joly affirmant ne pas comprendre “cette querelle qui (lui) est faite”. Selon lui, sa proposition “tombe sous le sens dans la mesure où ça fait plusieurs fois que le 14 juillet français associe des tortionnaires et des gens qui aujourd’hui comme Bachar Al Assad (le président syrien) sont en train de tirer sur leur peuple”.

Il a fustigé “ceux qui aujourd’hui à droite (…) parlent d’anti-France en citant Eva Joly”, y voyant “des relents pétainistes” et une façon de suggérer: “Mme Joly est une étrangère, qu’elle retourne chez elle”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related