Subscribe

FKDL s’approprie les murs de Brooklyn

Le street art célébré ce week-end à Brooklyn s’internationalise avec la venue d’un peintre français, le Parisien Franck Duval.

A l’occasion du premier anniversaire du Bushwick Collective, un groupe de street art de Brooklyn, le peintre français Franck Duval a été invité à réaliser une fresque au coin de Saint Nicholas Street et Flushing. Celui qui avait déjà apposé une œuvre non loin de là, sur Starr Street, il y a huit mois, est ravi d’être de retour : “je viens souvent à New York et j’en profite pour faire des collages dans la rue. Je connais plein de monde ici, j’ai même pu faire quelque chose sur le toit d’un immeuble.” La dernière fois qu’il s’est rendu dans la Grosse Pomme, à l’automne 2012, il a fait la connaissance de Joe Ficalora, le leader du Bushwick Collective. “Il est attachant, authentique.” C’est le début de leur collaboration, à la veille de l’ouragan Sandy.

De retour sur ses traces, le Parisien constate que sa peinture a plutôt bien résisté aux intempéries, même si les collages se sont depuis longtemps envolés. Franck Duval, qui signe FKDL, donne dans les silhouettes de femmes habillées de vieux magazines gardés depuis des dizaines d’années. Passé par une école de dessin de mode et une école de cirque, le quarantenaire souligne le double impact de l’art de vivre et du mouvement, qu’il combine dans ses compositions. Pour son mur sur Saint Nicholas, il a fractionné son espace en 12, tel une horloge.

L’art scotch

Il rappelle qu’il n’a pas toujours pratiqué le street. Il peint depuis l’âge de 20 ans, a commencé à être exposé dix ans plus tard, se penchait sur l’acrylique et l’encre de chine. Mais il aime “déchirer, sortir du cadre, expérimenter”. Il se lance ainsi dans le collage et découvre en 2000 une technique qui lui permet des réalisations uniques avec un simple morceau de scotch. Avec agileté il arrache des morceaux de vieilles revues qui s’assemblent en quelques instants, tout naturellement. La technique se développe mais reste cantonnée au travail maison.

Dans la rue, ce sont les pinceaux qui l’emportent et les nappes en papier, qui lui servent à faire ses collages. Après plusieurs expositions d’art urbain, il se lance sur le pavé en 2006. Toujours de jour, il peint et colle à Berlin, Londres, Barcelone et Paris, où il réalise plusieurs commandes pour la mairie du XXe arrondissement notamment. Il participe à un projet collectif pour la boutique Comme des garçons, à Chelsea (New York). Il soutient le Réseau Education Sans Frontières avec des mots peints noirs sur blanc. Le logo FKDL s’imprime régulièrement dans les coins et le peintre derrière, bavard et passionné, réussit son objectif de “partage avec le plus grand nombre”, de “pas vers les autres.”

Ce dimanche Franck Duval sera toute la journée à peindre et faire des dédicaces à Brooklyn à l’occasion de l’anniversaire du Bushwick Collective.

Son blog : www.fkdl.com/blog

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related