Subscribe

FMI : “Il faut laisser d’avantage de temps au Portugal”

Christine Lagarde fraichement émoulue directrice du Fonds monétaire international (FMI) a appelé mercredi à laisser davantage de temps au Portugal et à d’autres pays pour rétablir leurs finances publiques.

“J’appelle à une gestion du temps et des priorités un peu plus soucieuse des efforts collectifs qui sont demandés”, a-t-elle déclaré sur France 24, interrogée sur la décision de l’agence de notation Moody’s, annoncée mardi soir, de reléguer la note du Portugal en catégorie spéculative.

Ce pays, a-t-elle souligné, “s’est engagé dans un programme extrêmement courageux, soutenu par l’ensemble de sa classe politique”. Pour Christine Lagarde, il s’agit d’un “mouvement extrêmement important dont doivent s’inspirer d’autres pays et certainement la Grèce”.

“Dès lors que le Portugal respecte ses engagements, il n’y a aucune raison pour que le programme mis en place ne lui permette pas de revenir à plus de compétitivité et à une consolidation de sa situation”, a-t-elle enchaîné.

D’une manière générale, Christine Lagarde a exhorté à ne pas “tomber à bras raccourcis sur tout pays” qui engagerait un programme de redressement de ses finances publiques en exigeant des résultats “pour le lendemain matin”.

“Il faut que les forces économiques, politiques et sociales s’approprient le programme et le mettent en oeuvre”, a-t-elle observé.

Christine Lagarde s’est refusé à commenter la situation particulière de la Grèce, réservant son “appréciation” à la réunion du conseil d’administration du FMI vendredi.

Elle est restée tout aussi sibylline à propos des commentaires acerbes du ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble qui a lui-même appelé à “briser l’oligopole” des agences de notation après la décision de Moody’s de rétrograder la note du Portugal. “Je le reconnais dans son commentaire”, a-t-elle simplement lâché dans un sourire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related