Subscribe

Foire aux compétences à San Francisco

L’Association pour l’Emploi des Cadres (APEC) organise les 20 et 21 février prochains un grand salon de recrutement au cœur de la Silicon Valley. Une manière pour les entreprises françaises de venir récupérer les cerveaux de l’Hexagone ? Pas seulement d’après les explications de Katie Renati, l’une des organisatrices du salon International Career Fair (IFC).

La Silicon Valley draine chaque année des ingénieurs en informatique et en technologie de pointe venus du monde entier, attirés par l’incroyable esprit d’innovation de la région. L’Association pour l’Emploi des Cadres (APEC) , association française chargée de conseiller les entreprises dans le recrutement de leurs cadres, est bien consciente de la concentration de matière grise dans la région de San Francisco. « De grandes entreprises françaises telles que Thales, Areva ou Total sont à la recherche de profils très ciblés et hautement qualifiés de type post doctorat », explique Katie Renati, l’une des organisatrices du salon International Career Fair (IFC) . « Elles savent qu’elles pourront les trouver du côté de Stanford et Berkeley. »

Organisé à l’origine par l’ambassade de France il y a plus de dix ans dans le but de récupérer les cerveaux de l’Hexagone, le public du salon IFC s’est progressivement élargi. « Les sociétés basées en France ont des filiales dans le monde entier et ont donc besoin de cadres venus de partout », poursuit Katie Renati. « Elles ne viennent pas forcément dans la Silicon Valley pour chercher des Français. Le salon a lieu en Californie parce que c’est aussi l’État qui compte le plus grand nombre d’étudiants étrangers. »

Avec le salon de la recherche organisé chaque année à Berlin, l’International Carreer Fair de San Francisco est le seul autre événement de l’APEC qui se tient en dehors de France. Les entreprises clientes de l’APEC  peuvent publier leurs offres d’emploi sur le site de l’IFC deux mois à l’avance. Les candidats potentiels peuvent de leur coté déposer leurs CV en ligne et prendre rendez-vous avec les recruteurs au moment du salon. « Les postulants ont également la possibilité de participer à des conférences et à des ateliers. Cette année par exemple ils pourront découvrir les astuces pour réussir un entretien à l’américaine, ou encore savoir quelles stratégies adopter pour rechercher un emploi en période de crise. »

Crise qui d’ailleurs a quelque peu freiné le nombre d’entreprises participantes. « Nous avons moins d’entreprises présentes que l’année dernière. Je suppose qu’elles ont moins de possibilités d’offres d’emplois. Cette année, Google, Microsoft et L’Oréal ne seront pas sur le salon. » Au total, le salon regroupera tout de même une quarantaine d’entreprises, certaines, telles que Thales ou Total, offrant une soixantaine de postes différents chacune. Un salon davantage destiné aux ingénieurs et scientifiques puisque 80 % des postes concernent ce type de profil. « Il y a quand même 20 % des offres dans la finance et le commerce », termine Katie Renati qui espère que les inscrits au salon, jeunes diplômés ou expérimentés, repartiront avec des pistes d’emplois ou du moins des contacts.

infos pratiques :

www.icf09.com



ICF08 Presentation
Uploaded by Apec

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related