Subscribe

Football : l’Impact de Montréal attire les foules

Pour leur première saison au sein de la Major League Soccer, l’équipe québécoise peine à s’imposer parmi l’élite du football professionnel nord-américain. Malgré les défaites, l’Impact de Montréal fait le plein de supporters. Retour sur la première partie de saison de l’équipe la plus francophone du championnat.

“Les difficultés éprouvées lors du début de saison sont parfaitement normales pour un club qui débute dans l’élite”. Malgré les six défaites concédées après douze journées de championnat par l’Impact de Montréal, l’entraîneur américain de l’équipe, Jesse Marsh, reste serein. Autorisé à intégrer la Major League Soccer (MLS) il y a quelques mois, le club québécois débute doucement son intégration au sein de la première division nord-américaine. “Le contraire aurait été surprenant”, précise le président du club, Joey Saputo. “Le club prend peu à peu ses marques dans cette ligue et notre collectif n’est pas encore assez bien huilé pour pouvoir enchaîner les victoires”. L’heure n’est donc pas à l’affolement du côté de la direction du club le plus francophone du championnat.

En effet, il est difficile de demander à un groupe largement recomposé depuis la saison dernière d’être compétitif après seulement deux mois de compétition. Seuls 6 des 24 joueurs de l’effectif actuel évoluaient au club l’an passé. “Le groupe n’est pas encore arrivé à un niveau de cohésion qui permettrait de lutter contre les grosses écuries du championnat”, estime Patrice Bernier, milieu défensif arrivé au club il y a quelques mois seulement. Mais la base de travail est solide et le club a toutes les raisons d’envisager l’avenir sereinement. Aux côtés de jeunes espoirs du football nord-américain tels que Zarek Valentin et Jeb Brovsky, l’équipe compte dans ses rangs plusieurs joueurs passés par les grands championnats européens. Les anciens internationaux italiens Bernardo Corradi et Matteo Ferrari et l’ancien pensionnaire de l’Inter de Milan Nelson Rivas apportent une touche d’expérience à un groupe en construction. “Il était important d’avoir des joueurs comme eux pour encadrer les plus jeunes”, souligne le directeur sportif Nick De Sanctis. Signe de l’ambition sans limite de l’Impact, le club serait aux dernières nouvelles en voie de recruter le buteur transalpin de Bologne, Marco Di Vaio, et serait très intéressé par le joueur mythique de la Juventus, Alessandro Del Piero.

Les supporters québécois au rendez-vous

Même si les résultats ne sont pas encore au rendez-vous, l’Impact de Montréal bénéficie d’un soutien important de la part des fans de football du Québec. “L’arrivée du club en MLS permet de faire parler de la ville autrement que par le hockey sur glace”, sourit François Verieux, supporter du club de la première heure. Réalisant une grande partie de ses matches à domicile dans le stade olympique de Montréal (70 000 places), l’Impact attire les foules. La première rencontre du championnat, disputée à guichets fermés, constitue à ce jour la troisième plus grande affluence de l’histoire de la ligue nord-américaine de football. Pour les fans les plus irréductibles, les déplacements à l’extérieur sont également d’une importance majeure. “A chaque match à l’extérieur, on compte entre 600 et 1 200 supporters de l’Impact dans les tribunes. Nous étions par exemple environ 2 000 lors du match à New York contre les Red Bulls”, souligne Vincent Conteil, un supporter du club.

Après deux mois et demi de compétition, l’Impact de Montréal cherche encore à se faire une place au soleil au sein de la MLS. Mais nul doute que tous les ingrédients sont là pour que l’équipe devienne la référence francophone du football en Amérique du Nord.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related